Accéder au contenu principal

Le Bénin autorise la transhumance transfrontalière pour les éleveurs du Niger

Fin décembre, les autorités béninoises avaient interdit la traversée de sa frontière par le bétail des éleveurs du Niger. (image d'illustration)
Fin décembre, les autorités béninoises avaient interdit la traversée de sa frontière par le bétail des éleveurs du Niger. (image d'illustration) Getty Images/ Aldo Pavan

Le Bénin a annoncé mardi 18 février avoir autorisé de nouveau, sous certaines conditions, la transhumance transfrontalière avec le Niger. Fin décembre, les autorités béninoises avaient interdit la traversée de sa frontière par le bétail des éleveurs du Niger, et ce pour des raisons sécuritaires.

Publicité

Tous les ans, des conflits apparaissent entre ces éleveurs et des agriculteurs béninois. Les éleveurs nigériens pourront donc désormais traverser la frontière entre le 1er mars et le 30 avril. Ces derniers accueillent la nouvelle avec enthousiasme.

Éleveur nigérien, Boubacar Atzoumi participe à la transhumance tous les ans. Et pour lui, le déplacement du bétail est indispensable, tout simplement pour soulager les terres de pâturages, déjà très limitées au Niger. « Le peu d'espaces pastoraux est menacé par les terres agricoles, l'avancée démographique, et beaucoup de paramètres des grands programmes d’aménagements agricoles, c'est vraiment un fardeau pour la cohabitation entre les différents acteurs. »

La transhumance sera néanmoins restreinte : elle ne durera que deux mois, et sera limitée à 50 000 bovins. Les éleveurs devront traverser la frontière par des passages officiels à Malanville et Karimama. Le Bénin souhaite ainsi réduire l'insécurité.

Pour Harouna Abarchi, de l'association pour la redynamisation de l'élevage au Niger, ces mesures reflètent une peur irrationnelle. « Nous avons une sorte de "transhumance phobie", parce que depuis longtemps, ils avaient mis en place des comités de lutte contre la transhumance. Ces éleveurs sont de simples citoyens, comme les éleveurs au Bénin. »

Les tensions entre agriculteurs béninois et transhumants sont tout de même courantes. L'année dernière, deux personnes sont mortes dans des affrontements.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.