Accéder au contenu principal

Présidentielle au Togo: derniers préparatifs avant le scrutin

Togo: les urnes sont prêtes pour accueillir les votes des électeurs pour ce scrutin présidentiel du 22 février 2020, sous contrôle des observateurs de la CEDEAO (photo) et de l'Union africaine.
Togo: les urnes sont prêtes pour accueillir les votes des électeurs pour ce scrutin présidentiel du 22 février 2020, sous contrôle des observateurs de la CEDEAO (photo) et de l'Union africaine. REUTERS/Luc Gnago

Les électeurs togolais ont rendez-vous dans les bureaux de vote ce samedi 22 février pour élire leur chef de l’État. Le président sortant fait face à six opposants. La campagne s'est achevée jeudi soir. Le temps du silence électoral a donc prévalu ce vendredi, consacré aux derniers préparatifs.

Publicité

Malgré deux semaines de campagne très éprouvante à travers tout le pays, les candidats étaient encore en plein travail ce vendredi. Faure Gnassingbé, le président en exercice, a reçu une délégation d’observateurs internationaux. Plusieurs experts de l’Union africaine qui observeront le scrutin demain, se sont également entretenus vendredi après-midi avec Jean-Pierre Fabre, le leader de l’ANC, qui était en réunion avec son état-major de campagne durant la matinée. L’ancien Premier ministre Agbémoyé Kodjo a lui aussi travaillé avec ses équipes tout au long de la journée.

À lire aussi : Sans entrain, le Togo se prépare à élire son nouveau président

Les candidats de l’opposition ont également profité de cette journée pour mettre la dernière main à leur organisation sur le terrain. Combien de délégués pourront-ils envoyer dans les différents bureaux de vote ? Les deux camps se disaient optimistes vendredi, rapporte notre envoyé spécial à Lomé, Pierre Firtion.

Dans l’entourage de Jean-Pierre Fabre, l’ANC table sur 8 000 à 9 000 représentants au total, alors que chez Agbémoyé Kodjo, on se dit certain d’avoir des délégués dans les 9 300 bureaux de vote que compte le pays.

À lire aussi : Présidentielle au Togo: paroles de candidats

De son côté, la commission électorale, la Céni, assure que tout est prêt. Les équipes chargés d’organiser le vote ont été déployées sur le terrain, le gros du matériel a également été envoyé. Quant aux bulletins, aux hologrammes ou à l'encre indélébile, ils finissaient d’être acheminés dans les différents bureaux ce vendredi. Jusque tard vendredi, la Céni, et ses 46 démembrements dans les préfectures se sont activés à déployer le matériel électoral dans les bureaux de vote.

L’ensemble du dispositif prévu pour être déployé sur le terrain l’est entièrement à ce stade. Nous pouvons donc dire Sans hésiter que l’ensemble du dispositif est prêt pour le scrutin.

Tchambakou Ayassor

3,6 millions d'électeurs, 7 candidats

Les bureaux de vote ouvriront samedi à 7h temps universel. Le scrutin durera jusqu’à 16h TU. Les premiers résultats ne sont pas attendus avant le début de la semaine prochaine, précise notre correspondant, Peter Dogbe.

Ils seront un peu plus de 3,6 millions électeurs appelés aux urnes au premier tour de ce scrutin, dont 348 Togolais de la diaspora. Ils voteront dans les ambassades à Paris, Washington, Rabat, Abuja, Libreville et Kinshasa. 9 389 bureaux de votes sont ouverts à travers le pays, chaque bureau enregistrant au plus 500 électeurs.

Sept candidats sont en lice dont Faure Gnassingbé, le président sortant qui brigue un 4e mandat au nom du parti Unir. Jean-Pierre Fabre, le leader de l'ANC, tente sa chance pour la 3e fois après les tentatives de 2010 et 2015, où il était arrivé deuxième. Agbéyomé Kodjo, 66 ans, ancien pilier du régime Eyadéma désormais passé à l’opposition et investi par la coalition des forces démocratiques, se présente pour la deuxième fois à la magistrature suprême après avoir récolté 0,9% des suffrages en 2010.

Deuxième tour de piste également pour Aimé Gogué, 73 ans, le chef de file de l’ADDI, l’Alliance démocratique pour le développement intégral avait obtenu 4,3% des voix en 2015. A ce même scrutin, Mohamed Tchassona Traoré avait lui glané 0,9 % des suffrages. A 60 ans, ce dernier se présente toujours sous les couleurs du MCD, le Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement.

Les deux derniers candidats sont des anciens de la C14. Komi Wolou, 56 ans, représente le PSR, le pacte socialiste pour le renouveau et Georges-William Kouessan, le parti Santé du peuple. A 53 ans, ce dernier est le plus jeune des 7 candidats en lice.

Il y a tout le matériel nécessaire pour voter, c’est-à-dire les chasubles, les consommables, els encres indélébiles, les encres sèches. Bref, tout le matériel indispensable pour les bureaux de vote.

A Kara, les membres de la commission électorale locale s'affairent pour préparer le matériel

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.