Accéder au contenu principal

Soudan du Sud: Riek Machar investi premier vice-président

«Je jure d'être fidèle (...) à la République du Soudan du Sud», a déclaré Riek Machar lors de sa prestation de serment en tant que premier vice-président, aux côtés de son épouse, à Juba, le 22 février 2020.
«Je jure d'être fidèle (...) à la République du Soudan du Sud», a déclaré Riek Machar lors de sa prestation de serment en tant que premier vice-président, aux côtés de son épouse, à Juba, le 22 février 2020. REUTERS/Jok Solomun

Au Soudan du Sud, l’ex-chef rebelle, Riek Machar a été investi samedi 22 février, à Juba, premier vice-président. Il a prêté serment et a été ainsi officiellement rétabli dans ses anciennes fonctions de vice-président. Cette cérémonie constitue le point d'orgue de l'accord de paix entre les deux dirigeants, censé mettre fin à six ans de guerre civile.

Publicité

« Je jure d’être fidèle(…) à la République du Soudan du Sud », a déclaré l’ancien chef rebelle devant un parterre de diplomates et de représentants des pays voisins dont le dirigeant du Soudan, le général Abdel Fattah al-Burhan.

Riek Machar a également tenu à « réaffirmer » son « engagement » et celui de son mouvement « à travailler avec tous les partenaires et en particulier avec le président Kiir afin de mettre place cet accord de paix dans les faits et dans les esprits. »

Même engagement du côté du président Salva Kiir. Lors d’une longue allocution, il a promis au Sud-Soudanais la fin de 6 ans de guerre. « Ces développements signifient la fin officielle de la guerre et nous pouvons maintenant proclamer une nouvelle ère. La paix est arrivée et elle va rester. » Le président Kiir a également appelé les Sud-Soudanais à se pardonner et se réconcilier.

Présent à la cérémonie, le chef de la mission de l'ONU au Soudan, David Shearer, a salué le courage des deux leaders sud-soudanais, mettant toute fois en garde : il s'agit certes d'une étape importante. mais la cohabitation risque d'être longue et difficile jusqu'aux élections prévues dans trois ans.

C'est la troisième fois que Riek Machar devient le numéro deux de son rival, Salva Kiir. Il était devenu vice-président en 2011 et en 2015 et avait été, à chaque fois, démis de ses fonctions, quelques mois plus tard.

À lire aussi - Guerre civile au Soudan du Sud: chronologie d’une crise

Salva Kiir et Riek Machar se sont ainsi mis d’accord pour former un gouvernement d’union nationale. Vendredi, le président sud-soudanais a dissous son gouvernement en vue de la formation de ce nouvel exécutif d’union.

Cela reste un évènement, car effectivement, relance l’espoir que le nouveau gouvernement d'union nationale mette fin à six années d'une guerre parmi les plus sanglantes, avec plus de 380 000 morts, viols, tortures et déplacements de population.

C’est aussi le résultat d'un accord de paix signé par les deux hommes forts du pays, en septembre 2018. Après des mois de délais et plusieurs dates butoirs non respectées, Riek Machar a donc été nommé vendredi soir premier vice-président par un décret présidentiel.

Trois autres personnes ont également été nommées au poste de vice-président dont Rebecca Nyandeng De Mabior, la veuve de John Garang, leader rebelle pour l’indépendance du pays.

Riek Machar est revenu dans le pays alors que ses hommes sont à l’extérieur de Juba. C’est une importante concession de sa part, il a été chassé de la capitale à 2 reprises ces dernières années. Et à chaque fois il a dû fuir au risque de sa vie. C’est pour cela qu’il a toujours exigé de pouvoir revenir avec un contingent composé de troupes d’élites. L’autre concession importante vient de la part du président Kiir et concerne la configuration des états et leur nombre. Ce différend était devenu le principal point de blocage qui empêchait l’accord de paix d’avancer.

► À lire aussi : "L'union nationale en marche au Soudan du Sud: Riek Machar nommé vice-président"

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.