Accéder au contenu principal

Cameroun: les propos du président Macron continuent à faire des vagues

Une manifestation a eu lieu devant l'ambassade de France à Yaoundé le 24 février 2020. La plupart des manifestants portaient des drapeaux du Cameroun tandis que d'autres brandissaient des pancartes hostiles au président français.
Une manifestation a eu lieu devant l'ambassade de France à Yaoundé le 24 février 2020. La plupart des manifestants portaient des drapeaux du Cameroun tandis que d'autres brandissaient des pancartes hostiles au président français. RFI/Polycarpe Essomba

La sortie d'Emmanuel Macron, interpellé samedi dernier par un activiste camerounais au Salon de l'agriculture à Paris, continue à faire des vagues au Cameroun. Aujourd'hui, la quasi totalité des journaux paraissant à Yaoundé ont traité du sujet. Par ailleurs, une manifestation a eu lieu devant l'ambassade de France à Yaoundé.

Publicité

Entre 400 et 600 personnes, selon une estimation de la police et de la gendarmerie, étaient mobilisées à la mi-journée à l'entrée de l'ambassade de France pour protester contre l'attitude du président français. La plupart des manifestants portaient des drapeaux du Cameroun tandis que d'autres brandissaient des pancartes hostiles à Emmanuel Macron.

Devant les grilles closes de l'ambassade, ces jeunes ont expliqué être là de manière spontanée pour exprimer leur indignation à M. Macron. Et pour être certains que leur message parvienne jusqu'à l'Élysée, les manifestants ont assuré qu'ils maintiendraient leur mobilisation aussi longtemps que nécessaire, jusqu'à ce qu'ils obtiennent les excuses du président français.

Monsieur Macron ne peut pas dire qu’il va appeler Biya pour lui donner des injonctions. Non, nous ne sommes pas une province de la France, le Cameroun est un Etat souverain et indépendant.

► À lire aussi : Massacre au Cameroun: le président Macron dit qu’il appellera Paul Biya

Ce lundi 24 février, la quasi totalité des journaux paraissant à Yaoundé ont traité du sujet. Avec évidemment des lectures qui divergent selon les lignes éditoriales.

Le quotidien Le Messager, dans sa livraison du jour, barre sa Une avec un titre interrogateur, « Cameroun, qui gouverne ? », parle des pressions extérieures après les révélations du président Macron, interpellé par un activiste camerounais au Salon de l’agriculture, à Paris. Le journal écrit que le président français a confessé que c’est sous sa dictée que le chef de l’État camerounais a libéré Maurice Kamto et ses coaccusés, rapporte notre correspondant à Yaoundé, Polycarpe Essomba.

Le quotidien Émergence, dans la même veine, souligne qu’Emmanuel Macron a « humilié » Paul Biya en dévoilant ainsi, sans façon, le contenu de ses échanges avec son homologue camerounais. Pour ce confrère, Emmanuel Macron a tout simplement « dézingué » Paul Biya.

Le quotidien Le Jour essaie de décrypter le message du président français et s’interroge : « À quoi joue la France ? » Et de rappeler qu’Emmanuel Macron a été un des seuls chefs d’État occidentaux à avoir adressé ses félicitations à Paul Biya après la présidentielle d’octobre 2018.

« Macron l’immature », titre l’hebdomadaire Repères. Dans un éditorial au vitriol, le confrère estime que le président français a trahi les honneurs de sa fonction en violant les codes non écrits qui encadrent la parole d’un chef d’État. Et ce journal de lui conseiller la lecture du livre Un président ne devrait pas dire ça, de Gérard Davet et Fabrice Lhomme.

Enfin, l’hebdomadaire La Météo constate que « Macron met les Camerounais en colère ». Et de conclure que les propos du président français ne sont pas seulement une injure contre Paul Biya mais aussi une attaque en règle à la souveraineté du Cameroun.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.