Accéder au contenu principal

Togo: les missions de l'UA et de la Cédéao saluent «la bonne tenue du scrutin»

Des agents électoraux lors des opérations de dépouillement dans un bureau de vote de Lomé, le 22 février 2020 (image d'illustration).
Des agents électoraux lors des opérations de dépouillement dans un bureau de vote de Lomé, le 22 février 2020 (image d'illustration). YANICK FOLLY / AFP

La Céni a annoncé dans la nuit de dimanche à lundi, la victoire de Faure Gnassingbé à la présidentielle de samedi. Les missions d'observation de l'UA et de la Cédéao, avaient été accréditées pour observer le scrutin. Elles ont présenté leurs conclusions ce lundi 24 février.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Lomé, Pierre Firtion

La délégation de la Cédéao a estimé lundi après-midi que le processus électoral ayant conduit au scrutin du 22 février s’était « déroulé sans incidents majeurs ». Un processus qui s’est « somme toute déroulé dans la paix et conformément à la loi électorale », a déclaré Francis Béhanzin, Commissaire aux Affaires politiques de la Cédéao, qui participait à cette mission menée par l’ancien président sierra-léonais Ernest Bai Koroma.

Cette institution avait déployé 79 observateurs dans les cinq régions du pays et ce pour observer un scrutin qui se déroulait dans plus de 9 300 bureaux de vote.

La mission de l’Union africaine a félicité de son côté « le peuple, le gouvernement, les acteurs politiques et l’ensemble des parties prenantes pour la bonne tenue du scrutin. » Cette délégation n’a pas non plus été témoin d’incidents graves.

Un bilan dont s’est aussitôt félicité Yark Damehane, le ministre de la Sécurité. « La Cédéao n’a fait que relater ce qu’elle a vu, c’est un pont positif pour notre pays. Une maturité pour notre population et une responsabilité pour nos acteurs politiques. Je crois que tout le monde doit continuer dans cette dynamique pour que notre pays grandisse. »

Mais un satisfecit général en revanche dénoncé par Fulbert Attisso, le directeur de campagne d’Agbéyomé Kodjo : « qu’on nous dise que tout c’est bien passé, c’est la même rengaine à chaque élection. Ces missions d’observation, nous les connaissons, elles utilisent le même langage. Pour nous ce langage est démodé et ces missions ne sont pas crédibles. Nous ne considérons pas ce que ces missions nous disent. »

On notera tout de même que la mission de l’UA a adressé quelques recommandations à la Céni et au gouvernement, notamment au sujet du financement des campagnes des candidats.

Enfin, les deux missions d’observation ont appelé les candidats à emprunter les voies légales de recours en cas de contestation des résultats proclamés par la Céni. Ce que devrait faire Agbéyomé Kodjo, sans pour autant attendre grand-chose de la Cour constitutionnelle, que son entourage considère « à la botte du régime ».

Kodjo continue de contester les résultats

Car ce dernier conteste les résultats proclamés par la Céni et assure avoir remporté le scrutin, comme il l’a à nouveau déclaré lundi après-midi. « Les acteurs de la dynamique de Mgr Kpodzro contestent avec véhémence ces résultats fabriqués qui ont tronqué la vérité des urnes et font passer le chef de l’État sortant pour vainqueur de cette élection alors qu’en réalité, le vrai vainqueur est le candidat de MPDD, le Dr Agbéyomé Kodjo. »

Le ministre de la Sécurité, Yark Damehane, dénonce, lui, l’attitude du candidat du MPDD. « Je crois qu’il serait sage pour ce candidat se mette dans les rangs. On n’a pas besoin de ça. Nous avons besoin d’une situation calme, apaisée, pour continuer le développement du pays. Un candidat ne peut pas, avant même les conclusions, avant la déclaration de la Céni, donner des chiffres. Ça fait voyou, ce n’est pas bien. »

A Lomé, la présidentielle est dans toutes les discussions

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.