Accéder au contenu principal

Burkina: fermeture des débits de boissons proches des établissements scolaires

Sur le marché de Ouagadougou, le 23 septembre 2019. (Photo d'illustration)
Sur le marché de Ouagadougou, le 23 septembre 2019. (Photo d'illustration) ISSOUF SANOGO/AFP

Au Burkina Faso, le gouvernement s’attaque aux débits de boissons installés autour des établissements scolaires. Dans un décret, le gouvernement précise que désormais aucun lieu de vente d’alcool ou de tabac ne doit être à moins de 400 mètres des lycées et collèges.

Publicité

Avec notre correspondant à Ougadougou, Yaya Boudani

La décision du gouvernement a été prise suite à la consommation, de manière récurrente, d’alcool et de stupéfiants par des élèves. Les chefs d’établissement pourront également engager des actions en justice contre tout contrevenant.

Au Lycée municipal Bambata de Ouagadougou, plusieurs élèves sont déjà passés devant le conseil de discipline pour des faits de consommation d’alcool.

« Treize élèves sont passés en conseil de discipline pour avoir consommé de l’alcool au sein de l’établissement. Et quand ils consomment de l’alcool, ils deviennent violents. Ils ont même commencé à frapper leurs camarades », souligne Soumahila Siemdé, le proviseur de ce lycée.

Désormais, tous les bars ou autres kiosques ou débits de boissons alcoolisés installés à moins de 400 mètres des écoles, collèges ou lycées seront démantelés. La mesure existait, mais elle n’était pas correctement appliquée.

« Il y a également l’obligation qui est faite au maire de faire cesser les violations constatées, dans un délai de 15 jours », précise Remis Dandjinou, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement.

Ce durcissement de ton au niveau du gouvernement est positivement accueilli par les parents d’élèves. Hector Ouedraogo, président de l’Union nationale des associations de parents d’élèves attend avec impatience la mise en œuvre des nouvelles mesures : « Ces élèves sont dans un environnement plutôt malsain. On a pris en flagrant délit des apprenants en train de consommer des stupéfiants, de l’alcool…».

Cette nouvelle mesure donne également la possibilité aux chefs d’établissement d’engager des actions judiciaires contre les tenanciers des débits de boissons en cas d’inaction de la mairie.

►À lire aussi: "Le gouvernement burkinabè s'attaque aux boissons alcoolisées en sachets"

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.