Accéder au contenu principal

Un officier du renseignement turc meurt en Libye

Le président du gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj (G) a signé avec la Turquie du président Recep Tayyip Erdogan un accord militaire, à Istanbul, le 27 novembre 2019.
Le président du gouvernement d'union nationale de Fayez el-Sarraj (G) a signé avec la Turquie du président Recep Tayyip Erdogan un accord militaire, à Istanbul, le 27 novembre 2019. Mustafa Kamaci / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP

L'information a commencé à circuler après plusieurs jours de polémique. Ankara n'a pas réagi à ces dernières informations.

Publicité

L'histoire a commencé quand l'ANL du maréchal Khalifa Haftar a affirmé avoir tué seize soldats turcs lors d'une frappe qui a visé le 18 février le port de la capitale. Samedi dernier, poussé par la polémique, le président turc Reçep Tayyip Erdogan a reconnu la perte de plusieurs de ses soldats en Libye puis il a admis la mort de deux soldats, sans toutefois donner ni date, ni lieu. La presse turque et l'opposition se sont emparées de l'affaire.

Aujourd'hui, de nouvelles informations permettent d'identifier un officier du service de renseignement national turc, le MIT. Il s'agirait du colonel Okan Altinay. Né en 1971, il supervisait les livraisons d'armes turques aux alliés libyens de Tripoli. 

Selon l'Armée nationale libyenne, le colonel, habituellement basé dans la partie militaire de l'aéroport Matigua, s'était déplacé au port pour recevoir une cargaison d'armes. 

« Nous avons frappé le port, suite à des informations bien précises qui nous sont parvenues du terrain »,  a affirmé Ahmad al-Mismari, porte-parole de l'ANL du maréchal Khalifa Haftar. 

Les dépouilles de deux soldats ont été discrètement acheminées en Turquie à bord d'un avion civil libyen dans la nuit du 18 février. Ces derniers jours, la presse turque a affirmé, en citant la famille et les proches du colonel Okan Altinay, qu'il a été enterré discrètement et sans cérémonie militaire dans son village de la province d'Aydin, dans l'ouest de la Turquie. 

Ces affirmations n'ont pas fait réagir le ministère turc de la Défense, ni les sources militaires officielles. Aucun bilan de pertes humaines turques n'a été donné.

► Relire : Libye: les enjeux de l’initiative militaire turque

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.