Accéder au contenu principal

Rwanda: les conclusions de l’autopsie du chanteur Kizito Mihigo rendues publiques

Le célèbre musicien militant pour la paix Kizito Mihigo s'adressant aux médias à Kigali, le 15 avril 2014, après l'annonce de son arrestation la veille.
Le célèbre musicien militant pour la paix Kizito Mihigo s'adressant aux médias à Kigali, le 15 avril 2014, après l'annonce de son arrestation la veille. AFP PHOTO/STEPHANIE AGLIETTI

Au Rwanda, les conclusions de l’enquête sur la mort du chanteur de gospel Kizito Mihigo ont été rendues publiques par les autorités mercredi.

Publicité

Le rapport d’autopsie confirme les premières déclarations de la police, indiquant que Kizito Mihigo s’est suicidé dans sa cellule au poste de Remera à Kigali le 17 février.

Le communiqué est signé de l’autorité nationale des poursuites judiciaires. L’enquête du Bureau des investigations rwandais a conclu à une mort par asphyxie « avec la pendaison comme cause la plus probable ».

Le chanteur aurait été retrouvé pendu avec des draps de lit à la fenêtre de sa cellule. Selon le rapport, les policiers de garde interrogés ont assuré n’avoir rien entendu, étant postés loin de la scène. En conclusion, le procureur général annonce qu’il n’y a pas de motif pour engager des poursuites pénales.

L’opposition met cependant en doute l’impartialité du Bureau des investigations rwandais dans cette affaire. « Nous aurions aimé que le gouvernement accepte une enquête indépendante », explique Victoire Ingabire, qui assure que le parti de Paul Kagame considérait Kizito Mihigo comme un ennemi.

Le Royaume-Uni, Human Rights Watch et Amnesty International avaient également appelé à une enquête indépendante. Pour Lewis Mudge, directeur de Human Rights Watch pour l'Afrique centrale, les déclarations du bureau des investigations ne répond pas aux questions sur les circonstances de cette mort.

On continue de demander une vraie enquête pour savoir comment Kizito a été arrêté, comment il a été transféré à Kigali, comment il a été traité au cachot à Remera [...]

Lewis Mudge

Kizito Mihigo n’est pas le premier à mourir en détention au Rwanda. L’année dernière, un ancien directeur de la banque de développement rwandaise avait été retrouvé mort en prison après avoir été condamné à dix ans pour corruption. Et en 2015, le médecin personnel de Paul Kagame avait été abattu par la police au commissariat de Remera.

À lire aussi : Rwanda: la communauté internationale réagit à la mort du chanteur Kizito Mihigo

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.