Accéder au contenu principal

[Info RFI] La Cédéao a annulé une mission en Guinée

Mahamadou Issoufou, le président du Niger, lors d'une précédente interview à RFI et France 24.
Mahamadou Issoufou, le président du Niger, lors d'une précédente interview à RFI et France 24. ©RFI

Une mission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pilotée par plusieurs chefs d'État de l'organisation devait se rendre en Guinée ce vendredi.

Publicité

Selon deux sources haut placées, la Cédéao, présidée par le chef d'État nigérien, Mahamadou Issoufou, envisageait d'envoyer ce vendredi une délégation en Guinée, à quelques jours des élections législatives et du référendum pour une nouvelle Constitution.

La mission de haut niveau aurait dû regrouper quatre présidents : le Nigérian Muhammadu Buhari, le Ghanéen Nana Akufo Ado, le Burkinabè Roch Christian Kaboré et le Nigérien et dirigeant en exercice de l'institution régionale, Mahamadou Issoufou. Selon nos informations, le président guinéen Alpha Condé aurait été approché par la Cédéao, mais le chef d'État a opposé une fin de non recevoir à la délégation. La mission a donc été avortée.

Les capitales ouest-africaines ont redoublé d'efforts

Cela faisait plusieurs jours que la Cédéao menait de démarches pour tenter de résoudre la crise en Guinée. Les capitales ouest-africaines ont redoublé d'efforts diplomatiques, selon des sources proches de la Cédéao. Celle-ci, comme elle l'a fait en Guinée-Bissau, tient au sacro-saint principe du respect de la Constitution et toute tentative de remise en cause des textes fondamentaux d'un pays membre est vouée à l'échec.

La Cédéao est jusqu'ici restée silencieuse sur la tenue du double scrutin en Guinée prévu ce dimanche. Un double scrutin que l'opposition, réunie au sein du FNDC, le Front national pour la défense de la Constitution, appelle à boycotter.

D'après une source proche du chef de l'État nigérien, il a reçu en décembre, deux émissaires du président Alpha Condé. Ils effectuaient alors une tournée des pays de la Cédéao pour vendre le référendum sur la Constitution. Le président nigérien aurait alors expliqué que pour lever toute équivoque sur le référendum constitutionnel, il serait nécessaire que le président guinéen annonce clairement son intention de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle. Mahamadou Issoufou, aurait même recommandé à son homologue guinéen, de repousser les élections législatives, afin de permettre à la Céni, de réviser le fichier électoral, vivement contesté par l'opposition.

► Lire aussi :«Alpha Condé viole la Constitution», dit Cellou Dalein Diallo

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.