Accéder au contenu principal

Cameroun: le parti de Paul Biya donné vainqueur des législatives

Opération de vote au Cameroun pour les législatives du 9 février 2020.
Opération de vote au Cameroun pour les législatives du 9 février 2020. AFP

Le parti au pouvoir conserve la majorité absolue à l'Assemblée nationale avec 139 sièges sur 180, selon les résultats publiés ce vendredi par la Cour constitutionnelle. Des résultats partiels, qui ne portent que sur 167 sièges sur 180, puisque le vote a été annulé dans une partie des circonscriptions des deux régions anglophones ravagées par un sanglant conflit séparatiste. Le taux de participation officiel annoncé par le Conseil constitutionnel est de 45,98%. 

Publicité

Sans surprise, le RDPC, le parti du président Paul Biya est le grand vainqueur selon ces résultats. Le parti au pouvoir a déjà, avec ses résultats partiels, 139 sièges acquis sur 180, contre 148 sièges dans l'assemblée sortante. Il reste encore treize sièges à pourvoir dans les circonscriptions des zones anglophones où le scrutin a été annulé. En deuxième position, on trouve l'UNDP, une formation alliée du parti au pouvoir qui remporte sept sièges.

Grégoire Owona, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, se réjouit déjà de ces premiers résultats.

On ne va pas juger les décisions du Conseil constitutionnel. Nous savons que le droit a été dit. Nous nous sommes inclinés. Le SDF est libre de penser ce qu'il veut [...] Nous nous sommes déjà remis au travail pour préparer les élections partielles.

Grégoire Owona

Côté opposition, seuls 16 députés ont été élus à ce stade. Le SDF est en net recul selon ces résultats, avec cinq sièges contre 18 dans l'assemblée sortante. Une tendance à la baisse qui confirme les résultats de la présidentielle, même si le SDF, le Front social démocrate, pourrait améliorer son score lors des élections partielles à venir dans les zones anglophones, ses fiefs traditionnels. Il se dit lésé par cette crise.

Ces résultats ne reflètent pas la volonté populaire, d'abord du faible taux de participation [...] ; du fait de nombreuses irrégularités [...] Si les conditions normales sont réunies pour la tenue des prochaines élections partielles, nulle doute que nous allons rafler des sièges là-bas

Jean-Robert Wafo, porte-parole du SDF

En attendant, et c'est la principale nouveauté, il doit partager sa troisième place dans l'hémicycle avec le PCRN de Cabral Libii. Le parti du jeune opposant de 39 ans, révélé lors de la présidentielle de 2018 où il est arrivé troisième selon les résultats officiels, fait son entrée au Parlement. Cabral Libii est lui-même élu député.

Quant au MRC de Maurice Kamto, pourtant donné deuxième à la présidentielle, il perd donc l'unique siège dont il disposait dans la précédente assemblée. Ce parti avait décidé de boycotter ce scrutin, notamment en raison du conflit meurtrier qui secoue les régions anglophones.

Pour Stéphane Akoa, politologue à la Fondation Paul Ango Ela, ce taux de participation n'est pas uniquement une conséquence de ces appels au boycott mais aussi le signe, plus généralement d'une désaffection croissante des camerounais vis-à-vis des élections.

Les observateurs indépendants parlaient d'un taux de participation autour des 30%, donc 70% d'abstention ; on peut estimer que la version officielle et la version officieuse se rejoignent presque parce que cela signifie qu'il y a une grande désaffection des Camerounais pour la chose politique suite à beaucoup de déception. Je ne dirais pas qu'ils ont suivi le mort d'ordre du MRC mais clairement il y a de la lassitude, le sentiment que les élus sont beaucoup plus préoccupés par leurs intérêts et qu'eux, les électeurs, ne sont pas gagnants

Stéphane Akoa

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.