Accéder au contenu principal

Madagascar: le militant de la société civile libéré après dix jours de prison

Le parc national d'Isalo dans la région d'Ihorombe (photo d'illustration).
Le parc national d'Isalo dans la région d'Ihorombe (photo d'illustration). David Cayless/Getty Images

Thomas Razafindremaka, le militant des droits de l’homme et défenseur des petits paysans dans la région d'Ihorombe dans le sud de l'île, a été libéré à Ihosy ce mercredi 26 février. L’homme était en détention depuis le 16 février sous une plainte pour extorsion de fonds, escroquerie et abus de fonction. La plateforme nationale des organisations de la société civile dénonçait depuis une manœuvre d’intimidation destinée à le faire taire.

Publicité

De notre correspondante à Antananarivo,

La société civile a obtenu gain de cause : la libération de Thomas Razafindremaka, après quasiment dix jours sous mandat de dépôt. Le tribunal d'Ihosy a décidé de se dessaisir de l'affaire. Ce qui lui a été accordé par la Cour Suprême, sur une demande de l’organisation Rohy.

Le Tribunal de première instance de la capitale se saisit donc du cas. Le 6 janvier dernier, Thomas Razafindremaka avait écrit un courrier au ministère de la Justice où il mettait en cause la probité de plusieurs personnalités du palais de justice d'Ihosy. Peu de temps après, l’homme était incarcéré, tombé sous le coup d’une plainte pour extorsion de fonds parmi d’autres chefs d’accusation.

Depuis, la société civile dénonce cette incarcération qu’elle juge abusive. Et a demandé à ce que le tribunal d'Ihosy et ses magistrats « ne soient pas juge et partie ». Cependant, la bataille n’est pas terminée. Le procès de Thomas Razafindremaka aura lieu début mars. Un procès qui sera plus équitable, espèrent certains observateurs.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.