Accéder au contenu principal
REPORTAGE

En Guinée-Conakry, la crise scolaire continue

Une école de Conakry, image d'illustration. Photo prise le 13 février 2018.
Une école de Conakry, image d'illustration. Photo prise le 13 février 2018. RFI/Coralie Pierret

En Guinée, à la suite du report des élections législatives et du référendum sur la nouvelle Constitution, décidé par le président Alpha Condé, le pays continue de tourner au ralenti. Exemple de cette paralysie : les grèves qui affectent les écoles publiques du pays. Depuis début janvier, les enseignants réclament une hausse de leur salaire, sans obtenir gain de cause. Résultat : les élèves prennent du retard sur leur programme scolaire.

Publicité

Avec notre correspondante à Conakry, Bineta Diagne

Il est 10h, et plusieurs dizaines d’enfants vêtus de blouses beiges sortent joyeusement de leur école. Ce matin, un seul professeur a fait le déplacement pour assurer son cours. « On a étudié jusqu’à 10h, et puis on nous a laissés repartir à la maison, explique Mamadi, 10 ans. Maintenant, je vais jouer au ballon. »

De retour à la maison, ces élèves tuent le temps. Ils jouent, mais n’étudient pas. Cette situation agace plusieurs parents d’élèves, inquiets par les retards accusés par leurs enfants, à l’image d’El Hadj Ibrahima Diallo. Trois de ses enfants souffrent de ces grèves. « Depuis tout ce temps, ils sont à la maison, ils apprennent un peu à lire. J’ai peur que les enfants échouent. S’ils n’étudient pas, comment vont-ils s’en sortir ? »

De leur côté, les enseignants réclament plus de moyens et une hausse de leur salaire. Moustapha Soumah, enseignant dans un lycée. « Les enseignants vivent avec un salaire [qui leur permet de vivre] deux semaines. C’est très difficile de vivre de son salaire. Et à l’école, on manque de matériel didactique. Chacun se débrouille à sa manière pour apporter le minimum aux élèves. »

Avec le report des élections, les autorités ont demandé aux enseignants de retourner dans les écoles. Mais le bras de fer continue : les syndicats ont reconduit le mot d’ordre de grève de manière illimitée.

À lire aussi : «Vie de prof» : «On n’apprend jamais mieux que dans sa langue»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.