Accéder au contenu principal

Soudan: MSF forme des médecins à faire face au coronavirus

Les médecins craignent que le système de santé soudanais ne soit pas de taille à faire face à la pandémie de coronavirus (image d'illustration)
Les médecins craignent que le système de santé soudanais ne soit pas de taille à faire face à la pandémie de coronavirus (image d'illustration) ASHRAF SHAZLY / AFP

Le système de santé soudanais est très fragile et ne pourrait pas faire face à une propagation du virus. Les médecins s'inquiètent : ils trouvent que le gouvernement est encore trop lent et ils ne se sentent pas assez protégés. L'ONG « Médecins Sans Frontières » organise une formation axée sur la prévention afin d'aider le personnel soignant à faire face à la pandémie. 

Publicité

Avec notre correspondante à Khartoum, Claire Debuyser

Ils sont médecins, infirmiers ou secrétaires médicales, en première ligne dans les hôpitaux de Khartoum pour faire face au coronavirus. Depuis dimanche, à la demande du ministère de la Santé soudanais, ils suivent une formation mise en place par  l'ONG Médecins sans frontières. 

« C'est une formation généraliste sur la prévention et le contrôle des infections, explique Jean-Nicolas Dangelser, chef de mission de MSF au Soudan. C'est la base pour pouvoir endiguer la chaîne de transmission. L'idée c'est aussi d'avoir un effet psychologique rassurant. Le personnel des hôpitaux en général ne se sentait pas préparé avec la peur grandissante d'une épidémie de Covid-19 ici au Soudan ».  

Après 30 ans d'isolement pendant le régime d'Omar El-Béchir et alors que la crise économique  frappe le pays, le système de santé apparaît très fragile. Sawsan Hassan est infirmière. Elle s'inquiète de l'évolution de la situation : « Il n'y a pas d'équipement dans notre hôpital, pas de gants, pas de masques et pas de respirateurs. On en a besoin pour faire face au Coronavirus au Soudan ».

Malgré des ressources limitées, les participants devront eux-mêmes former leurs collègues et organiser au mieux leur service. Le docteur Kharar Omer travaille dans une unité de soins intensifs. « Je participe à cette formation pour pouvoir ensuite donner confiance à mes collègues, pour qu'ils n'aient pas peur du virus mais qu'ils se battent contre lui ». 

Une  session est prévue la semaine prochaine pour former le personnel des autres hôpitaux de la capitale. D'autres devraient suivre pour toucher les centres de soins du reste du pays. 

Lundi soir, le Soudan a annoncé un couvre-feu la nuit, de 20h à 6h du matin. La semaine dernière, le gouvernement avait déjà pris des mesures fortes, comme la fermeture des écoles, de l'aéroport, du port et des frontières terrestres. Le Soudan n'a confirmé jjsqu'ici qu'un deuxième cas de coronavirus vendredi dernier, après l'annonce d'un décès lié au virus une semaine plus tôt.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.