Accéder au contenu principal

Coronavirus: l'Afrique face à la pandémie dimanche 29 mars

Des policiers sud-africains tentent de faire respecter les mesures de confinement à Durban, le 27 mars 2020.
Des policiers sud-africains tentent de faire respecter les mesures de confinement à Durban, le 27 mars 2020. REUTERS/Rogan Ward

Quarante-six pays sont désormais touchés par le coronavirus sur le continent africain. On dénombre 4 282 cas pour 134 morts, selon le nouveau bilan rendu public ce dimanche 29 mars au matin par le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l'Union africaine.

Publicité
  • « Evitez les poignées de mains, tenez-vous à distance d'un mètre les uns des autres »

Au Mali, les électeurs étaient appelés à respecter les gestes barrières dans les bureaux de vote. Le pays organise ce dimanche les élections législatives malgré la propagation du Covid-19, le climat d'insécurité et l'enlèvement du chef de file de l'opposition. Soumaïla Cissé a été enlevé mercredi 26 mars avec six de ses compagnons alors qu'il faisait campagne dans son fief électoral de Niafounké, près de Tombouctou, dans le nord. Le scrutin a été reporté à plusieurs reprises. Le Mali a enregistré samedi son premier mort du coronavirus et a recensé 18 cas.

À lire aussi : L'état du monde face à la pandémie le dimanche 29 mars

  • De la quarantaine au confinement

En Afrique du Sud, c'est la fin de la quarantaine pour les 114 enseignants et étudiants qui avaient été rapatriés de Chine le 14 mars. Depuis, ils avaient été placés à l'isolement. « Tous sont négatifs au Covid-19 », a dit hier soir le ministre sud-africain de la Santé. Libérés de la quarantaine, les voilà maintenant contraints, comme 57 millions de Sud-Africains depuis vendredi soir, au confinement total pour trois semaines. Seuls les achats de première nécessité sont autorisés. La vente d'alcool et de tabac est interdite. Promener son chien et faire du jogging sont prohibés. Selon le président Cyril Ramaphosa, qui a rendu visite ce dimanche aux 114 personnes libérées de leur quarantaine, « de nombreux citoyens obéissent aux règles de confinement, mais certains continuent à sortir comme si de rien n'était ».

  • Au Nigeria, Lagos et Abuja confinées

Le président Muhammadu Buhari a ordonné, ce dimanche soir lors d'une allocution télévisée, un confinement total des populations d'Abuja, la capitale fédérale et de Lagos, mégalopole tentaculaire de 20 millions d'habitants. Cette décision prendra effet ce lundi à partir de 23h et pour une période « initiale » de 14 jours, alors que le pays recense officiellement près d'une centaine de personnes infectées par le Covid-19. Le chef d'État n'a pas évoqué de sanction en cas de non-respect. En revanche, il a promis un volet social pour soutenir les populations les plus vulnérables. 

Commerces et bureaux, mais aussi industries doivent rester fermer. Seuls les industries agroalimentaires, les supermarchés, les stations-service mais aussi la distribution d'électricité notamment seront exemptés car considérés comme secteurs essentiels. Le port de Lagos continue de fonctionner. Mais les vols commerciaux et privés  vont être suspendus dans les aéroports de Lagos et d'Abuja. Et quelques autorisations de vols seront accordées au cas par cas.

Muhammadu Bhuari n'a pas abordé deux points qui inquiètent des millions de Nigérians : le pays ne compte que  5 centres de tests au coronavirus dans le sud-ouest et à Abuja. Mais aucun dans le sud-est et surtout dans les 19 États du nord du pays. Et alors que la pandémie pourrait s'amplifier, moins de 30 000 kits de tests  seraient disponibles actuellement pour une population de 200 millions d'habitants.

  • Le Zimbabwe en confinement

À partir de ce lundi, au Zimbabwe16 millions de personnes sont appelées à rester chez elles. Vendredi, le président Emmerson Mnangagwa a décrété cette mesure pour éviter la propagation du virus. À ce jour, seules sept personnes ont été officiellement infectées par le Covid-19 dans le pays. Mais la mort de l'une d'elles, un journaliste de 30 ans décédé faute de soins, selon sa famille, fait planer la menace sur un pays plongé dans un marasme économique.

  • Le président écarte l'option d'un confinement au Bénin

Pas de confinement en revanche au Bénin. Le président Patrice Talon s'est exprimé à la télévision ce dimanche. Le Bénin n'a pas les « moyens des pays riches » de confiner sa population, a-t-il dit. Huit grandes zones urbaines, dont Cotonou, la capitale économique, seront entourées d'un « cordon sanitaire ». Et à partir de ce lundi, les transports en commun seront suspendus dans ces localités jusqu'au 13 avril, précise le chef de l'État. Sous la pression des étudiants et du corps enseignant notamment, le gouvernement a fermé les établissements scolaires et les lieux de culte les 22 et 23 mars. 

  • Le Grand Abidjan isolé

En Côte d’Ivoire, à partir de ce dimanche soir minuit, le Grand Abidjan sera isolé du reste du pays. Le gouvernement a interdit la circulation de personnes entre la capitale économique et l’intérieur du pays dans le but de ralentir la progression de l’épidémie de coronavirus.

À lire aussi : Le Grand Abidjan bientôt isolé, partir ou rester?

  • Commémoration à huis clos à Madagascar

C'est une première dans l'histoire de la Grande Île. En raison de la pandémie, la commémoration de l'insurrection malgache contre les colons du 29 mars 1947 a été célébrée en petit comité au mausolée national d'Antananarivo. Seul le président Andry Rajoelina et son gouvernement étaient présents. Sur son compte Twitter, le président malgache a posté des photos. « Les sorties doivent être limitées au strict nécessaire », écrit-il. Selon le dernier bilan publié dimanche, 43 cas de contamination ont été jusque-là officiellement recensés pour aucun décès.

Mais Madagascar a également détecté des cas « contacts » pendant le week-end, c'est-à-dire de personnes contaminées qui n'ont jamais quitté le territoire. Jusqu'alors les cas de coronavirus à Madagascar concernaient des personnes revenant de l'étranger et confinées chez elles. Mais un touriste porteur du Covid-19 a effectué un voyage mi-mars dans de nombreuses localités du pays, passant dans une dizaine d'hôtels et de restaurants, notamment de la capitale, a indiqué le président de la République à la télévision nationale. Le nombre de contaminations potentielles est donc élevé. 

« Au moins deux cas contacts ont été formellement confirmés », précise le lieutenant-colonel Faly Aritiana, en charge de la cellule conduite des opérations au centre Covid-19 à Antananarivo. Le chauffeur et le guide de ce touriste sont contaminés. Personnels des restaurants et hôtels sont confinés et en train d'être testés, ont précisé les autorités. Un premier cas de coronavirus en dehors de la capitale, à Morondava, sur la côte ouest a aussi été identifié.

Pour tenter de contenir la propagation du virus, en plus des mesures prises la semaine dernière, les autorités acheminent du matériel de tests dans les provinces. Des biologistes malgaches sont aussi formés par l'Institut Pasteur de Madagascar pour pouvoir accroître le nombre de tests effectués à 800 par jour, a annoncé la présidence. Andry Rajoelina a par ailleurs demandé à la population un respect strict du confinement. Les forces de l'ordre sont mobilisées pour faire respecter cette mesure. 

  • Des villages en quarantaine en Égypte

Plusieurs hôpitaux ont été fermés par les autorités, officiellement pour mener des opérations de désinfection après la découverte de plusieurs cas de contamination. Samedi soir, le ministère de la Santé a annoncé avoir placé une dizaine de villages en quarantaine en Haute-Égypte notamment. Les autorités ont officiellement déclaré 576 cas et 36 décès.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.