Accéder au contenu principal

Cameroun: Educlick, une plateforme pour compenser la fermeture des écoles

Les écoles sont fermées au Cameroun. Pour y pallier, une plateforme a été mise en place pour réaliser le travail à la maison.
Les écoles sont fermées au Cameroun. Pour y pallier, une plateforme a été mise en place pour réaliser le travail à la maison. AFP

Depuis le 18 mars, les établissements primaires, secondaires et universitaires sont fermés au Cameroun à cause du coronavirus. La plateforme d'apprentissage numérique Educlick met à disposition des élèves du primaire et du secondaire des cours gratuits du programme scolaire ainsi que des exercices payants.

Publicité

Lancée en 2018, cette plateforme de rencontre entre enseignants et apprenants avait pour but de permettre aux personnes défavorisées d’avoir accès à une éducation. Mais depuis l’apparition de la pandémie dans le pays qui comptabilise 223 cas confirmés ce mercredi, les inscriptions ont explosé.

► À écouter aussi : 7 Milliards de voisins, l’école à la radio

Les nouveaux inscrits sont des élèves des classes du primaire et du secondaire. Ils y apprennent les mathématiques, l’histoire et bien d’autres matières. En une semaine, la plateforme Educlick est passée de 2 000 à 3 000 utilisateurs, selon Blandine-Angèle Messa, sa promotrice : « Tous les cours sont gratuits. Les enseignants développent des modules de formation. C’est ce qu’ils enseignent déjà à l’école, qu’ils publient sur la plateforme. Nous sommes en partenariat avec deux inspecteurs pédagogiques, qui révisent ces cours, approuvent leur publication ou bien désapprouvent. »

Depuis la fermeture des écoles, la plateforme a conçu un test de connaissance de 10 000 questions, destiné aux élèves du primaire. Pascaline Mani y a inscrit son fils : « On nous envoie les exercices par SMS et après qu’il a fini, on renvoie aux corrections et on reçoit aussi cela par SMS ».

La connexion, un frein à l’éducation

Si Emmanuel Mbassi Ondoa, secrétaire général de la Fédération camerounaise et syndicat de l’Éducation (Fecase) apprécie, il trouve néanmoins que le coût de la connexion Internet est un frein : « Cela va exclure un grand nombre d’élèves. Il y en a qui se trouvent également dans des régions dont les parents ne disposent même pas du téléphone Android pour pouvoir se connecter. » Pour l’enseignant, le gouvernement doit faire photocopier les cours et les mettre à la disposition des élèves au niveau des délégations régionales.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.