Accéder au contenu principal

Le gouvernement ivoirien annonce un plan de soutien à l’économie de 2,5 milliards d'euros

Une vendeuse portant un masque dans une rue d'Abidjan alors que les commerces sont fermés, le 30 mars 2020.
Une vendeuse portant un masque dans une rue d'Abidjan alors que les commerces sont fermés, le 30 mars 2020. AFP Photos/Issouf Sanogo

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a dévoilé, mardi soir à la télévision, les grandes lignes de ce plan.

Publicité

Avec notre correspondant à Abidjan, Sidy Yansané

C’était sa première apparition télévisée depuis son auto-confinement il y a une semaine, pour avoir été en contact avec une personne infectée par le Covid-19. D’un ton grave, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly est revenu d’abord sur les résultats de la riposte sanitaire en cours, avant d’annoncer une enveloppe de 1 700 milliards de francs CFA, soit 2,5 milliards d’euros, pour préserver l’économie :

« De nombreux secteurs clé de notre économie sont touchés. Notamment les exploitations, en particulier agricoles, les importations, le BTP, le tourisme, le commerce, l’hôtellerie, la restauration et le transport. Notre croissance économique, estimée [initialement] à 7,2 % pour l’année 2020, est estimée aujourd’hui à 3,6%, dans l’hypothèse d'une crise de la pandémie [allant] à fin juin 2020 ».

Report des taxes et impôts pour les entreprises

Ce plan du soutien économique social et humanitaire, qui pèse pour 5 % du PIB ivoirien, s’accompagne notamment d’un report de trois mois des impôts et taxes pour les entreprises, les petits commerçants et artisans, d’un fonds spécifique de 150 millions d’euros pour le secteur informel et d’un chèque d’appui au privé de près de 380 millions d’euros.

 ►À lire aussi : Coronavirus: l'Afrique face à la pandémie mardi 31 mars

Les paiements des factures d’eau et d’électricité sont reportés à cet été, sauf pour un million de ménages les plus pauvres, qui verront leur note prise en charge par l’État. Le Premier ministre a également promis un appui aux principales filières de l’économie nationale, notamment le cacao. Le gouvernement a décidé de maintenir la rémunération des producteurs, malgré la chute des cours de l’or noir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.