Accéder au contenu principal

Législatives en Guinée: large victoire annoncée pour le parti du président condé

Le président guinéen, Alpha Condé
Le président guinéen, Alpha Condé ©FREDERICK FLORIN/AFP

Le parti du président Alpha Condé remporte plus des deux tiers des sièges lors des législatives du 22 mars 2020. Un scrutin boycotté par les principaux partis d'opposition.

Publicité

Le parti du président guinéen Alpha Condé, dont le projet de nouvelle Constitution est au cœur d'une grave crise politique, a remporté plus des deux tiers des sièges lors des législatives du 22 mars, boycottées par les principaux partis d'opposition. Selon les résultats communiqués par la Commission électorale, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) a remporté 79 sièges sur les 114 que compte l'Assemblée nationale.

Satisfaction évidemment dans les rangs du RPG, et notamment chez Souleymane Kéita, conseiller chargé de mission du chef de l’État : « C’est un sentiment de satisfaction et de travail bien fait. Depuis plusieurs mois, nous avons battu campagne partout en Guinée, dans les plus petits villages, pour expliquer à la population la nécessité de voter pour le candidat du RPG afin de nous permettre d’avoir une majorité à l’Assemblée nationale pour davantage mettre en application le programme du président de la République. Et nous sommes réconfortés. Maintenant, le cap c’est la suite, c’est-à-dire la confirmation des résultats par la Cour constitutionnelle, mais aussi l’installation de l’Assemblée et la mise en application des dispositions de la nouvelle Constitution pour le changement de l’espace institutionnel dans notre pays. La volonté de président de la République a toujours été de travailler de manière concertée, avec l’ensemble des composantes de la nation pour que toutes les grandes décisions qui engagent la vie de la nation puissent se prendre de manière consensuelle, si vous voulez. »

Large boycott de l'opposition

Certains dans l'opposition se disent satisfaits, également, mais pour des raisons bien différentes. Ils estiment, en effet, avoir réussi à empêcher le déroulement normal de ces élections rejetées par nombre d'adversaires du président Condé. Satisfaction également d'avoir amené la communauté internationale à prendre de grandes distances vis-à-vis du scrutin.

C’est l’avis de Faya Millimouno, leader du Bloc libéral (BL) et membre de l’opposition : « Nous, de l’opposition guinéenne, nous n’avons pas boycotté ces élections, nous les avons empêchées. Et donc, ce qu’on a sorti de l’ordinateur, on a distribué quelques positions à ceux qui ont accompagné cette démagogie. Il est clair que c’est un motif d’amener les Guinéens à montrer la porte à monsieur Alpha Condé. Parce qu’on a compris finalement que 40 ans de combat, ce n’était ni pour la démocratie ni pour un État de droit, parce que si Alpha [Condé] est capable de manipuler le fichier électoral, de procéder à des mascarades de ce genre pour se donner une victoire après 40 ans de combat politique, c’est une honte. Pour nous, la jeunesse de ce pays, nous montrerons clairement la porte à Alpha Condé. Il n’y aura pas d’Assemblée nationale car pour nous, il n’y a pas eu d’élections. »

Ces résultats sont annoncés alors que la Guinée est sous le régime de l'état d'urgence, interdisant les rassemblements de plus de 20 personnes, assorti d'un couvre-feu, pour répondre à l'épidémie de coronavirus.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.