Accéder au contenu principal

Coronavirus: l'Afrique face à la pandémie dimanche 5 avril

Des volontaires vaporisent un désinfectant à l'intérieur d'une église alors que l'Égypte ferme ses églises et mosquées en raison du Covid-19. Le Caire, le 4 avril 2020.
Des volontaires vaporisent un désinfectant à l'intérieur d'une église alors que l'Égypte ferme ses églises et mosquées en raison du Covid-19. Le Caire, le 4 avril 2020. REUTERS/Hanaa Habib

L'Afrique compte à ce jour 8 736 cas confirmés dans 51 États de l'Union africaine (UA). Le Covid-19 a déjà coûté la vie à 399 personnes, selon le bilan ce dimanche 5 avril à 14h TU du Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l'UA. Sept cent quarante-sept patients ont guéri. Les trois États les plus touchés en termes de cas de coronavirus sont l'Afrique du Sud, l'Algérie et l'Égypte.

Publicité

• Arrivée de masques en Algérie

C'est devenu l'objet le plus convoité au monde : le masque de protection. Deux avions-cargos militaires algériens provenant de Chine et transportant plus de 8 millions de ces précieux objets se sont posés à Alger ce dimanche matin. Un accueil digne de la visite d'un chef d'État, devant des officiels et des caméras. « Ce n'est que le début », s'est félicité le Premier ministre Abdelaziz Jerad. Depuis début mars, la Chine a vendu près de 4 milliards de masques à des pays étrangers. Quant à l'Algérie, elle a décidé hier d'étendre le confinement partiel à tout le pays, à l'exception de la préfecture de Blida (sud d’Alger) où le confinement total est maintenu. Hier encore, 740 Algériens ont pu être rapatriés de Turquie. Ils étaient bloqués à Istanbul depuis fin mars, faute d'avion.

• Des cours à la télévision pour les écoliers ivoiriens

Trois semaines après la fermeture des écoles en Côte d’Ivoire, le gouvernement, inquiet de voir six millions d'enfants et adolescents tourner en rond, a lancé un programme complet d’enseignement à distance. Si les salles de classe restent fermées en raison de la pandémie de coronavirus, les élèves peuvent désormais suivre les cours à la télévision, à la radio, par SMS ou dans le cadre d’un suivi pédagogique en ligne. 

Les deux chaînes publiques et les stations de radio, Fréquence 2 et RCI, ont aménagé des plages horaires, le matin et l’après-midi, réservées aux élèves : de 9 h à 11h sur RTI2 et de 15h30 à 16h00 sur RT1. Le programme scolaire est aussi disponible gratuitement par SMS en envoyant EDU au 98 051. L’offre internet reste le service le plus efficace pour la continuité pédagogique, avec les sites école-ci.online ou la page Facebook mise en place par le ministère de l’Éducation, EDUC TV. Toutefois, plus de 70% des Ivoiriens ont difficilement accès à internet. Cet enseignement à distance reste de plus une gageure pour les parents qui doivent concilier emploi quotidien et continuité scolaire.

Seize nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés en Côte d'Ivoire. Cela porte à 261 le nombre de cas confirmés dont 37 guéris et 3 décès (+2 en 24 heures). Les autorités ont recommandé samedi le port généralisé d'un masque dans les lieux publics pour freiner la propagation de l'épidémie de coronavirus. Cette mesure fait débat, vu les difficultés qui existent pour se procurer un masque. Le directeur de la Santé, qui a annoncé la mesure, explique que ce n'est pas uniquement une question d'avoir un masque, mais aussi de comment et quand l'utiliser. Ce qu'il faut éviter avant tout, c'est les déplacements, dit-il.

• La disparition d'un ex-chef de rébellion anti-Kadhafi

Mahmoud Jibril, ex-chef de l'exécutif de la rébellion qui a renversé le régime du colonel Kadhafi en 2011, est mort des suites du Covid-19. Selon son parti, l'Alliance des forces nationales, il est décédé au Caire où il était hospitalisé depuis deux semaines.

En 2007, ce proche de Saïf al-Islam, le fils préféré de Kadhafi, est chargé de libéraliser l’économie du pays. La révolution va mettre un terme à cette politique. Malgré son poste, ce docteur en science politique rejoint immédiatement l'opposition. Il est nommé à la tête du gouvernement de transition le 23 mars 2011. En septembre, il crée son parti, l’Alliance des forces nationales, de tendance modérée. Cette dernière remporte les premières élections législatives libres en 2012. Mais Mahmoud Jibril échoue à se faire élire Premier ministre. En 2013, la loi d’isolation, qui exclut de la vie politique tous ceux qui ont eu un poste important sous l’ancien régime, le relègue au second plan.
(Avec notre correspondant à Tunis, Mathieu Galtier)

• Un cas au sein de la Minusma

Sur Twitter, le chef de la force des Nations unies au Mali, Mahamat Saleh Annadif, a annoncé hier soir qu'un premier cas positif avait été détecté parmi le personnel. La Minusma réaffirme son soutien aux autorités de Bamako dans la lutte contre le Covid-19. Hier soir, avec la Direction générale de la santé et de la protection civile, elle a prêté main forte pour désinfecter le grand marché de la capitale malienne. Une campagne de décontamination d'autres lieux publics dans le district de Bamako est en cours.

• Tunisie: du relâchement dans le confinement

Si la mesure décidée par les autorités pour lutter contre la pandémie de coronavirus a été respectée les premiers jours, c'est désormais plus difficile dans de très nombreuses localités où les habitants ont besoin de travailler pour vivre.

Le chef du gouvernement a reconnu un relâchement dans le respect du confinement. De fait, en grande banlieue de Tunis, un passage en journée à l’Ariana, Mnhila, le Kram, Denden, Eittathamen, Raoued ou Bou Sessla permet de réaliser que la mesure n’est pas respectée et le port du masque, rarissime. En régions, les situations sont disparates. Des vidéos montrant un respect des règles circulent, mais également des images de queues désordonnées devant des bureaux de poste ou des sièges de délégation, montrant des personnes venant s’inscrire ou chercher de l’aide sociale. Trois délégués, des responsables administratifs de haut niveau, ont d’ailleurs été démis de leurs fonctions pour n’avoir pu éviter ces rassemblements sans respect des consignes sanitaires. Dans un pays où l’économie informelle représente plus de la moitié du produit intérieur brut, le confinement est impossible à respecter pour des centaines de milliers de travailleurs précaires, sans contrat, désormais sans revenu.
(Avec notre correspondant à Tunis, Michel Picard)

• Les fêtes de Pâques perturbées

En Égypte, l'Église copte orthodoxe prolonge la suspension des prières pendant la Semaine sainte. Une mesure destinée à freiner la propagation du Covid-19 dans le pays, deuxième plus touché sur le continent en termes de cas positifs. Toutes les églises sont fermées depuis le 21 mars. Sur sa page Facebook, l'Église copte orthodoxe a annoncé que seuls les proches des défunts pouvaient assister aux funérailles.

• Un dimanche à Dakar

Dix guérisons, trois nouveaux cas : au total 137 patients restent pris en charge ce dimanche. L’état d'urgence est prolongé de 30 jours depuis ce dimanche. Le couvre-feu de 20h à 6h reste en vigueur. Enfin, à Dakar quatre grands hôtels, représentant 625 chambres, sont réquisitionnés.

Par ailleurs, les appels se multiplient pour la relance de l’entreprise Medis, qui fabriquait des médicaments jusqu’au mois de janvier, dont de la chloroquine jusqu’en 2002. Le médicament est utilisé par les autorités pour faciliter la guérison de certains malades du coronavirus. Ces derniers jours, des voix s’élèvent pour demander le redémarrage de l’usine avec le soutien de l’État. Le dossier est maintenant entre les mains du président Macky Sall. Sur le terrain, les syndicats attendent la décision du chef de l’État.

• Cinq journalistes guinéens testés positifs

Dernier en date, Mohamed Mara, journaliste à la radio Espace FM et membre de l’équipe qui anime la célèbre émission « Les grandes gueules ». L’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS) lui a annoncé qu’il était positif au Covid-19. Il est le cinquième journaliste testé positif. Tous sont pris en charge au centre de traitement épidémiologique situé dans l’enceinte de l’hôpital national Donka. Hier, l’Agence nationale de sécurité sanitaire a annoncé 38 nouveaux cas confirmés. Ce qui porte désormais à 111 le nombre de cas positifs dans le pays, parmi lesquels 5 sont sortis guéris. La Guinée n’a enregistré jusque-là aucun décès lié au coronavirus.

À écouter aussi : Guinée: «Tous ensemble, unis, nous pourrons vaincre l'épidémie»

• Plus de 5 000 prisonniers graciés au Maroc

Le roi Mohammed VI a pris cette décision pour éviter tout risque de propagation du Covid-19 dans les geôles du royaume. Selon le ministre marocain de la Justice, les heureux élus ont été choisis en fonction de leur « âge, état de santé et de leur bonne conduite ». Toutes les frontières du pays sont fermées depuis la mi-mars lorsque l'état d'urgence sanitaire a été décrété.

• Madagascar renforce ses mesures

Cela intervient après la prolongation de l'état d'urgence sanitaire décrétée samedi soir. Le pays compte 72 cas de Covid-19. Alors que les quinze jours de confinement annoncés le 22 mars par le président de la République, Andry Rajoelina, sont arrivés à leur terme, ce dernier a annoncé tard dimanche une nouvelle série de règles. La prolongation du confinement jusqu'au 19 avril pour les trois régions touchées par des cas autochtones de coronavirus : Analamanga, où se situe la capitale, Tamatave et Fianarantsoa ; la reconduction de l'interdiction des transports en commun et  des taxis ; l'obligation du port d'un masque pour les habitants qui doivent sortir - des masques pour l'heure très difficiles voire impossibles à trouver dans les pharmacies ; le couvre-feu de 5h du matin à 20h, la fermeture des écoles, des universités, des lieux de culte et l'interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes s'appliquent cette fois à toute l'île. 

Les gares routières sont ouvertes ce lundi et jusqu'à jeudi pour permettre aux personnes bloquées dans la capitale ou en province de rentrer chez elles. Une reprise partielle des vols intérieurs aux mêmes dates a aussi été annoncée pour les régions épargnées par le coronavirus.

Lors de cette adresse à la nation diffusée à la télévision nationale et sur la plupart des chaînes privées, Andry Rajoelina s'est montré ferme, appelant la population « à la discipline et à suivre les règles pour lutter efficacement contre la propagation du Covid-19 ». Le chef de l'État s'est aussi voulu rassurant. « On peut dire que la situation est maîtrisée mais il faut rester vigilant à cause des cas contacts. Ce n'est pas une armée qui nous attaque mais un ennemi invisible.  Nous devons rester unis », a-t-il déclaré.
(Avec notre correspondante à Antananarivo, Laetitia Bezain)

• Pas de trêve pour le ballon rond au Burundi

La Fédération de football du Burundi décide la poursuite de ses championnats malgré la pandémie. Une assemblée générale extraordinaire a réuni ce dimanche les présidents des clubs de première et deuxième division et le ministre de la Santé. Celui-ci, qui a annoncé les trois premiers cas de Covid-19, assure que des mesures seront prises comme « le lavage des mains et la prise de température des spectateurs avant leur entrée dans les stades ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.