Accéder au contenu principal

Coronavirus: l'Afrique face à la pandémie lundi 6 avril

Un panneau d'avertissement contre la propagation du Covid-19 est suspendu à un pont piétonnier à Nairobi, au Kenya, le 3 avril 2020.
Un panneau d'avertissement contre la propagation du Covid-19 est suspendu à un pont piétonnier à Nairobi, au Kenya, le 3 avril 2020. REUTERS/Baz Ratner

L’Afrique comptait, ce jeudi 6 avril, 9 457 cas confirmés de coronavirus. Le Covid-19 a déjà coûté la vie à 442 personnes sur le continent, selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine. Cinquante et un pays rapportent désormais officiellement des cas. Les trois pays les plus touchés sont l’Afrique du Sud, l’Algérie et l’Égypte.

Publicité

• 20 millions d’emplois détruits

Selon une étude publiée ce lundi par l’Union africaine (UA), « près de 20 millions d'emplois, à la fois dans les secteurs formel et informel, sont menacés de destruction sur le continent si la situation persiste ».

Deux scénarios sont présentés dans le document. Le premier, réaliste, mise sur une baisse globale de 0,8% de la croissance économique. Le second, plus pessimiste, estime une diminution de la croissance de 1,1%. Les gouvernements africains pourraient perdre jusqu'à 30% de leurs recettes fiscales, estimées à 500 milliards en 2019.

Les pays les plus à risque, selon l’UA, sont ceux qui tirent leurs revenus des secteurs pétrolier et touristique.

Pour aider les pays africains à surmonter la crise, l'étude suggère que la Commission de l'Union africaine « devrait mener les négociations en faveur d'un plan ambitieux d'annulation de la dette extérieure totale de l'Afrique », estimée à 236 milliards de dollars.

• Le Ghana paie les factures d’eau

« Le gouvernement prendra en charge toutes les factures d'eau de tous les Ghanéens au cours des trois prochains mois, c'est-à-dire en avril, mai et juin », a annoncé dimanche le président Nana Akufo-Addo lors d'une intervention à la télévision nationale. Il assure avoir mobilisé les entreprises d’eau et d’électricité pour éviter les coupures et délestages pendant cette période.

À ce jour, 214 cas de Covid-19 ont été diagnostiqués dans le pays et trois personnes sont mortes.

• En Centrafrique, dépistage systématique des personnes exposées

La lutte contre le coronavirus se poursuit en RCA. Le gouvernement a mis en place de nombreuses mesures, notamment la fermeture des écoles, des bars dancings et buvettes, l’interdiction de rassemblement à plus de 15 personnes, la fermeture de l'aéroport sauf cas spéciaux, la restriction de mouvements entre Bangui et les provinces, etc. 

À Bangui, un 9e cas a été confirmé pendant le week-end. Le 4e cas de transmission local. Les autorités cherchent aujourd’hui à empêcher la propagation de ces transmissions locales. Pour cela, le ministère de la Santé a décidé de passer à une phase de dépistage systématique, rapporte notre correspondante à Bangui, Charlotte Cosset. Près de 1 200 personnes ont déjà été identifiées : des personnes rentrant de voyage ou ayant été en contact avec des cas confirmés.

« Le dépistage systématique a commencé, a déclaré le ministre de la Santé, Pierre Somse. Il a commencé par ceux qui sont considérés comme des exposés. Depuis jeudi dernier, à partir du moment où nous avons eu suffisamment de tests offerts par la Chine, nous avons décidé de tester. Depuis, on a testé. Jusqu’ici, on n’a pas eu de résultats positifs, on a déjà testé une centaine de gens. Ça devrait aller vite. »

Parmi les populations concernées par les risques de propagation : les expatriés travaillant notamment dans les ONG et dans la Mission des Nations unies. Consciente de cela, la Minusca a mis en place différentes procédures.

« Depuis le déclenchement de cette pandémie du Covid-19, la Minusca a pris le taureau par les cornes en mettant en place une organisation interne, explique Charles Bambara, le responsable communication de l’organisation. L’auto-confinement des gens qui viennent de pays où il y a une transmission locale, ensuite la quarantaine, bien entendu, de ces zones. Nous avons suspendu la rotation des troupes militaires et nous avons même suspendu les vols intervilles, chacun reste dans sa localité jusqu’à nouvel ordre. Un couvre-feu a été décrété pour les staffs des Nations unies également à travers le pays de 20h à 5h du matin. »

La RCA est considérée comme l’un des pays les moins bien préparés pour faire face à l’épidémie, indique Oxfam dans un communiqué. L'organisation internationale de développement estime que 70% des services de santé sont fournis par des organisations humanitaires.

► À lire aussi : Coronavirus: la Centrafrique opte pour le porte-à-porte à Bangui

• Destruction d’un centre de dépistage en Côte d’Ivoire

Des manifestants ont détruit, dimanche 5 avril dans la soirée, un chapiteau dressé pour dépister les malades du Covid-19 dans le quartier « Toits rouge » de la vaste commune abidjanaise de Yopougon. Ces manifestants pensaient qu’il s’agissait d’un centre de prise en charge des malades et n’en voulaient pas dans leur voisinage, mais les autorités affirment qu’il s’agit d’un centre de dépistage et de diagnostic uniquement. Les manifestations ont repris ce lundi matin.

À lire ici : Coronavirus: des manifestants détruisent un centre de dépistage à Abidjan

• Plan de riposte en Guinée

Le Premier ministre, Kassory Fofana, a présenté hier soir un plan de riposte économique à la crise sanitaire liée au Covid-19. Un plan qui comprend des mesures diverses et variées : loyers, factures d'eau et d'électricité...

Le coût global de ce plan de riposte économique est de plus de 3000 milliards de francs guinéens. il s'articule autour de trois axes...

Kassory Fofana

• Deuxième don de Jack Ma

Le milliardaire chinois Jack Ma, fondateur du géant du e-commerce Alibaba, annonce ce lundi matin sur Twitter qu’une deuxième cargaison d’équipements pour aider l’Afrique à combattre le coronavirus est en cours d’acheminement. Des respirateurs, des blouses, des masques, des gants, des thermomètres et des kits de prélèvement sont envoyés en Éthiopie, qui sera ensuite chargée de les répartir sur l’ensemble des pays du continent.

• Premier décès au Bénin

Après le Liberia et l’Éthiopie ce week-end, le Bénin annonce à son tour un premier décès du Covid-19. Il s’agit d’une femme de 43 ans de retour d’un pays d’Afrique centrale touché par la maladie. Le ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin, a déploré lors d’une conférence de presse la lenteur du diagnostic.

Il est à déplorer que la patiente ait séjournée pendant plusieurs jours dans la clinique avant que la suspiscion de Covid-19 ne soit évoquée. Il apparait donc qu'elle n'a pas pu être convenablement prise en charge.

Benjamin Hounkpatin, ministre de la Santé

• Le Nigeria demande 6,9 milliards de dollars aux bailleurs de fonds internationaux

Premier producteur de pétrole du continent, il dépend de cette ressource. La chute vertigineuse des cours du brut a entraîné un choc budgétaire. Pour éviter la catastrophe, Abuja demande 3,4 milliards de dollars au FMI, soit l'entièreté de sa contribution, 2,5 milliards à la Banque mondiale et un milliard à la Banque africaine de développement. Ces institutions ont d'ores et déjà annoncé avoir débloqué des facilités de crédit d'urgence pour les pays à faibles revenus. À lui seul, le FMI a libéré 50 milliards de dollars. Vingt pays africains ont déjà réclamé des lignes de crédit.

Dans le cas du Nigeria, l'argent servira en partie à alimenter un fonds de 1,3 milliard de dollars destiné à améliorer le système de santé. Malgré ses difficultés, Abuja dispose d'une large marge de manœuvre. Le pays est l'un des moins endettés d'Afrique (40% de son PNB). Il peut donc espérer traverser la crise, du moins si les cours du pétrole remontent rapidement.

• Des restrictions de circulation au Kenya et des ministres sans salaire

Le président Uhuru Kenyatta s’est adressé à la nation, ce lundi, pour annoncer une interdiction d'entrée et de sortie dans les zones touchées par le coronavirus, à Nairobi et dans les comtés de Kilifi, Kwale et Mombasa. Ces mesures sont prises pour trois semaines. Le Kenya compte à ce jour 142 cas de coronavirus.

Par ailleurs, dans un communiqué ce dimanche, le gouvernement annonce que les ministres et hauts fonctionnaires ne toucheront pas de salaire en avril. Cet argent sera affecté à des programmes sociaux pour aider les plus pauvres à résister à l'impact de la crise économique liée au coronavirus, sans toutefois préciser combien de personnes sont concernées et combien d’argent cela peut représenter.

Les restaurants, en revanche, ont le droit de pratiquer la vente à emporter. Mais la crise sanitaire a de lourdes conséquences économiques.

Je comprends ces mesures. Mais c’est impossible à appliquer. Il faut des couverts à emporter, les clients n’ont pas l’argent. Ils préfèrent s’asseoir ici et manger. Et ils sont souvent pressés. De toutes façons les affaires sont mauvaises. Les clients viennent des bureaux alentours, mais beaucoup ont fermé. Je gagnais 20 dollars par jour. C’est descendu à 5. Je ne peux pas survivre dans ces conditions. Peut-être que je fermerai et que je mourrai (rires).

Les restaurants sont au bord de l’asphyxie et redoutent le coup de grâce

► À lire aussi : La pandémie de Covid-19 menace la faune sauvage au Kenya

• Diffusion locale en Éthiopie

La ministre éthiopienne de la Santé a annoncé, lundi matin, l'identification du premier cas « domestique » de virus Covid-19 dans le pays : une résidente de la province de l'Oromia, qui n'a pas voyagé récemment et qui n'a pas été en contact avec un malade déjà identifié comme tel.

Cela porte à 44 le nombre de cas positifs au Covid-19 en Éthiopie.

Selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine, trente-neuf pays du continent rapportent désormais une transmission domestique et douze ne recensent que des cas importés.

• Gabon: les retraités du secteur de la santé en renfort

Le nombre de cas positifs au Covid-19 ne cesse d’augmenter au Gabon. Il y a désormais trente cas dont une guérison et un décès. Pour prévenir tout risque de débordement, le ministre de la Santé, Max Limoukou, a, dans un communiqué, battu l’appel de tous les retraités du secteur de la santé. Les principaux concernés sont prêts à enfiler leur blouse, mais les syndicalistes s’interrogent.

Gouverner étant prévoir, c'est d'abord faire le recensement des personnels avant de connaître ceux qui peuvent être mobilisables

Mobilisation des personnels de santé à la retraite: Max Limoukou, ministre de la Santé, explique

• Cafouillage en RDC

À Kinshasa, la commune de la Gombe vit ses premières heures de confinement ce lundi et la mise en place des restrictions a été difficile.

► À lire ici : RDC: cafouillage pour le début de confinement à la Gombe

• Zimbabwe : la police accusée de violences contre un journaliste

Lundi, une ONG de défense de la liberté de la presse, l'Institut des médias pour l'Afrique australe (Misa), accuse la police zimbabwéenne d’avoir frappé un journaliste indépendant qui filmait ses unités disperser les habitants d'un township de Harare dans le cadre du confinement anti-coronavirus.

Interpellé par les forces de l'ordre, « il a été frappé par deux agents et forcé à effacer ses images avant d'être relâché », selon la branche zimbabwéenne du Misa.

La police a également interpellé un journaliste de La Voix de l'Amérique qui prenait des photos d'un de ses barrages, a rapporté l'organisme. Il a été inculpé puis remis en liberté sous caution par la justice.

• Tunisie : « la danseuse du Corona »

« Restez chez vous et je danserai pour vous tous les soirs ». C’est le message posté par la danseuse Nermine Sfar sur sa page Facebook au début du confinement en Tunisie. Depuis, tous les soirs, des dizaines des milliers de Tunisiens assistent au show de celle qu’on surnomme désormais « la danseuse du Corona ». En matière d’audimat, ses messages dépassent de loin tous ceux des hommes politiques et son compte est passé de 130 000 à un demi-million d’abonnés en quelques jours. Ses danses orientales ont suscité une forte polémique en Tunisie et même des menaces de mort de la part d’une personne se revendiquant de la brigade Okba Ben Nafe. Ce mouvement est classé comme un mouvement terroriste en Tunisie. Dans une vidéo, elle affirme que la personne a été arrêtée. Nermine Sfar a été candidate aux dernières élections présidentielles en Tunisie.

• Premier cas au Soudan du Sud

C’est le 51e État africain sur 54 à détecter un cas de Covid-19. « Le Soudan du Sud confirme l'existence d'un cas de coronavirus », a déclaré le premier vice-président Riek Machar, au cours d'une conférence de presse à Juba ce dimanche. Il s'agit d'une femme de 29 ans, arrivée au Soudan du Sud en provenance des Pays-Bas, via l'Éthiopie, le 28 février, a-t-il précisé.

Ce lundi, l’ONG IRC (International Rescue Committee) appelle, dans un communiqué, à une rapide levée de fonds pour venir en aide au pays dans la lutte contre la propagation du virus. « La population sud-soudanaise a déjà enduré six années de guerre terrible, de famine et un effondrement de l'économie du pays. Le gouvernement d'Unité vient juste de se former et doit maintenant lutter contre cette pandémie. Le pays n'a pas eu assez de temps pour se reconstruire et le système de santé ne pourra pas supporter une augmentation rapide des cas », estime Caroline Sekyewa, directrice d’IRC dans le pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.