Accéder au contenu principal

Coronavirus: le Kenya opte pour un confinement partiel

Un homme se lave les mains avec du savon et de l'eau à l'extérieur d'un marché de détail, à Nairobi, Kenya, le 2 avril 2020.
Un homme se lave les mains avec du savon et de l'eau à l'extérieur d'un marché de détail, à Nairobi, Kenya, le 2 avril 2020. REUTERS/Njeri Mwangi

De plus en plus de malades sont recensés au Kenya. Dans un discours à la nation, le président Kenyatta a annoncé 16 malades de plus, soit désormais 158 personnes infectées par le coronavirus. Par conséquent, le chef de l’Etat a pris un nouveau train de mesures, notamment des restrictions de mouvements plus sévères pour la zone métropolitaine de Nairobi et trois comtés de la côte kenyane.

Publicité

De notre correspondant à Nairobi,

Dès ce lundi soir 19h00, personne ne sera autorisé à entrer ou sortir de la zone métropolitaine de Nairobi, une région englobant des millions de personnes de la capitale et ses alentours. Seuls quelques services essentiels ainsi que le transport de marchandises pourront continuer à transiter.

La même mesure s’appliquera à partir de mercredi 8 avril, dans les comtés de Kilifi, Mombasa et Kwale, eux aussi touchés par l’épidémie. Le président Kenyatta explique qu’il n’avait pas le choix.

« Je prends ces décisions en sachant très bien qu’elles vont compliquer la vie de beaucoup de Kényans. Néanmoins, si je ne le fais pas, il y aura encore plus de souffrance. Ensemble nous devons faire front avant que le Covid19 ne soit hors de contrôle », a déclaré Uhuru Kenyatta.

Le chef de l’Etat a pris d’autres mesures. Ainsi, 20 millions de dollars, issus de la corruption et récupérés par la justice, seront reversés aux plus vulnérables. Par ailleurs, 20 millions également iront aux artistes, mais à entendre le chef de l’Etat, des jours sombres sont à venir.

« Notre intérêt national n'a jamais été aussi menacé. Nous avons donc un choix. Est-ce qu'on continue à vivre normalement ? Ou est-ce qu'on considère cette situation comme une urgence extraordinaire et changeons fondamentalement nos modes de vie ? Car même si nous espérons que tout aille pour le mieux, nous devons nous préparer au pire », a-t-il averti.

Déjà vivant sous un couvre-feu nocturne, les Kényans redoutent désormais une mesure encore plus drastique, à savoir un confinement total du pays.

► À lire aussi: Au Kenya, des patients guéris du coronavirus témoignent pour sensibiliser

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.