Accéder au contenu principal

Covid-19 au Maroc: masques, médicaments et filet de protection sociale

Des employés travaillent sur un respirateur marocain dans une usine de Casablanca, le 10 avril 2020.
Des employés travaillent sur un respirateur marocain dans une usine de Casablanca, le 10 avril 2020. REUTEURS/Youssef Boudlal

Troisième pays le plus touché en Afrique, le Maroc produit 3 millions de masques par jour et a lancé un Fonds spécial de lutte contre le coronavirus équivalent à 3 % de son PIB.

Publicité

Signe particulier de la pandémie au Maroc, troisième pays le plus touché d’Afrique avec 2 855 cas déclarés et 141 décès au soir du 19 avril : les autorités ont anticipé sur les ravages possibles de la crise et stimulé un élan national, donnant un exemple de politique publique qui dépasse largement le seul cadre du continent.

Dix jours après l’apparition le 4 mars du premier cas de Covid-19 chez un Marocain venant d’Italie, les frontières et les écoles ont été fermées, et un confinement décrété le 20 mars, en même temps que l’état d’urgence sanitaire. Le côté martial de la mesure s’est soldé à ce jour par 44 200 interpellations, dont 24 000 personnes déférées devant les parquets compétents et 1 500 arrestations.

Les personnels de santé ne rentrent plus chez eux depuis le 25 mars, mais logent à l’hôtel. Plus de 12 000 chambres ont été mises à leur disposition gratuitement par divers groupes privés et publics. Depuis le 7 avril, le port du masque est obligatoire, sanctionné par des peines pouvant aller jusqu’à trois mois de prison et 116 euros d’amende.

Réorientation de la production de 10 industries textiles

Dix usines de textile, dont une qui fabriquait des couches-culottes à Casablanca, ont réorienté dès la fin mars leur production pour fabriquer 3 millions de masques chirurgicaux par jour. « Il y a un effet d’annonce, mais les masques ne sont pas encore disponibles partout », tempère Rachida, une enseignante de Marrakech. Il n’empêche : la politique volontariste du ministre de l’Industrie devrait voir le volume doubler d’ici la fin du mois.

Cette production commence à être écoulée via 72 000 points de vente, pharmacies et magasins d’alimentation. Les masques sont vendus par paquets de dix pour 8 dirhams, soit 70 centimes d’euros – un prix contrôlé et subventionné. Alors que les grandes villes désinfectent les rues, ce que des résidents dans les quartiers populaires entreprennent aussi de faire eux-mêmes, le ministère de la Santé a décidé de traiter les patients à la chloroquine et l’hydroxychloroquine. Sans polémique, des experts ayant défendu la mesure, à l’instar du médecin et pharmaco-économiste Othmane Boumaalif, qui l’a qualifiée de « courageuse et nécessaire ». L’État a acheté le 19 mars au groupe pharmaceutique français Sanofi au Maroc tout son stock de Nivaquine, produit localement, et de Plaquenil. 

Un dépistage de masse a commencé début avril, avec un objectif – encore non atteint – de 10 000 tests par jour, opérés par neuf laboratoires. Un premier lot de 100 000 kits de dépistage a été importé de Corée du Sud. Au 19 avril, environ 14 000 personnes avaient été testées, permettant d’identifier 2 855 cas positifs et plus de 11 300 cas négatifs. L’augmentation du rythme se fait attendre avec impatience, certains s’étant vu refuser des tests en mars malgré leurs symptômes, parce que trop jeunes et « ne rentrant pas dans la tranche d’âge », selon le témoignage d’un cadre de Casablanca.

Des indemnités pour les travailleurs, même informels

La mécanique des mesures économiques s’est mise en branle sans tarder : pas moins de 810 000 salariés du secteur formel (le tiers des inscrits à la Caisse nationale de sécurité sociale, CNSS) ayant perdu leur emploi ou se trouvant en cessation d’activité ont commencé à toucher une indemnité de 90 euros correspondant à la seconde quinzaine de mars. Ils toucheront 180 euros par mois pendant trois mois, jusqu’en juin, soit 75 % du Smic.

Les ménages peuvent par ailleurs demander à leur banque le report des échéances de leurs crédits, immobilier ou à la consommation. Les travailleurs du secteur informel (41 % des actifs) identifiés via le Régime d’assistance médicale (Ramed) vont toucher entre 75 et 112 euros en fonction de la taille des ménages, par système de SMS puisqu’ils ne sont pas bancarisés. De même, les ménages non « ramédistes », les plus précaires, ont été appelés à s’inscrire pour des aides similaires entre le 10 et le 16 avril, avec l’aide des mokadems, les chefs de quartiers.

Côté entreprises, l’État va payer en avril, mai et juin les charges sociales de celles qui maintiennent au moins 80 % de l’emploi, tandis que les charges sociales pourront être payées en différé pour celles qui conservent au moins 20 % de leurs effectifs. Un moratoire gratuit a été décidé sur les crédits et le leasing, et une ligne de crédit de fonctionnement dénommée Damane Oxygène a été instaurée le 26 mars, avec la garantie de l’État, pour assurer le fonds de roulement des entreprises et leur permettre de payer les salaires.

Les grands moyens : 3 % du PIB réunis dans un fonds spécial

Comment toutes ces mesures sont-elles orchestrées et financées ? D’un côté, un Comité de veille (CVE) a été mis en place le 11 mars sous la tutelle du ministère de l’Economie et des finances. Il réunit les ministères clés (Intérieur, Affaires étrangères, Agriculture, Santé, Industrie, Tourisme et transport, Travail), la Banque centrale et le patronat.

De l’autre côté, un fonds spécial de lutte contre le coronavirus a été lancé dès le 15 mars, alors que le pays ne comptait que 28 cas et un seul décès. Ouvert aux contributions de tous, citoyens, entreprises, acteurs publics et partenaires au développement, il a été impulsé au sommet. Le roi Mohammed VI a donné l’exemple, en versant 180 millions d’euros via sa compagnie d’Al-Mada. Plusieurs ministres lui ont emboîté le pas, de même que des grosses fortunes et des dizaines de fondations et associations.

Nombre de dons en nature et un mois de salaire pour tous les hauts fonctionnaires s’ajoutent aux 33,7 milliards de dirhams de dotation initiale (soit 3 milliards d’euros et 3 % du PIB). Un montant impressionnant dont 30 % vient du budget de l’État, 22 % d’institutions et entreprises publiques, 15 % d’un décaissement de l’Union européenne (UE), le reste se répartissant entre fondations, associations et fédérations (10 %), banques et assurances (10 %), sociétés privées (13 %) et particuliers (1,1 %). Le montant réel du fonds dépasse les 3 milliards d’euros et n’est pas connu, de grosses fortunes et plusieurs entreprises n’ayant pas souhaité communiquer sur leur apport.

« Une partie seulement du fonds est pour l’instant dédiée au secteur de santé, 180 millions d’euros, avec possibilité qu’on puisse passer par la suite à 270 millions, explique l’économiste Abdelaaziz Aït Ali. Le reste porte sur des transferts directs aux ménages et au secteurs jugés prioritaires dans l’économie. » Quelque 550 respirateurs et 1 000 lits de réanimation, portant la capacité nationale à 2 642 lits, ont été achetés. Par ailleurs, un hôpital de campagne provisoire de 700 lits est en cours de construction sur la place des Foires à Casablanca, l’un des foyers de l’épidémie.

Les semaines à venir donneront une idée des résultats de toutes ces mesures, que peu de pays dans le monde ont prises à cette échelle. En attendant, « l’exception marocaine » porte surtout sur la célérité de sa prise de décision politique. Dans un sondage publié le 25 mars par l’Institut marocain d’analyse des politiques (Mipa), 77 % des personnes interrogées se disent satisfaites par la riposte, 58 % font confiance au gouvernement mais seulement 26 % à l’hôpital public.

La bataille est loin d’être gagnée. Le Maroc, qui se prépare au pire, envisage de déplafonner sa dette pour emprunter à l’étranger. Dans une note parue en mars sur l’impact du Covid-19 au Maroc, la Banque mondiale, le Pnud et la Commission économique pour l’Afrique (CEA) prévoient une récession de -1,5 % en 2020 et le risque de voir 10 des 35 millions de Marocains tomber dans la pauvreté.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.