Accéder au contenu principal

Rwanda: confirmation de la mort, il y a 20 ans, du génocidaire Augustin Bizimana

Le mémorial du génocide au Rwanda à Kigali.
Le mémorial du génocide au Rwanda à Kigali. AFP PHOTO / SIMON MAINA

L’ancien ministre de la Défense rwandais, Augustin Bizimana, est décédé, a confirmé ce vendredi 22 mai le Mécanisme chargé de traquer les derniers fugitifs inculpés par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). Il était poursuivi pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis lors du génocide des Tutsis au Rwanda.

Publicité

Le décès de l’ancien ministre de la Défense a été confirmé grâce à des analyses ADN. Le Mécanisme de La Haye a annoncé que des prélèvements ont été effectués dans une tombe de Pointe-Noire en République démocratique du Congo avant d’être analysés par l’Institut médico-légal des Pays-Bas. L’ancien ministre serait décédé en août 2000, il y a donc 20 ans.

13 chefs d’accusation à son encontre

Augustin Bizimana aurait dû répondre de 13 chefs d’accusation pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Il était aussi inculpé pour l’assassinat de l’ex-Première ministre, Agathe Uwilingiyimana, aux premières heures du génocide, alors que les extrémistes hutus traquaient les modérés. Il aurait aussi dû répondre de sa participation présumée dans l’assassinat des casques bleus belges à Kigali. Mais avec l’annonce de sa mort, le dossier est désormais refermé.

►À écouter aussi : Décryptage - Que peut-on attendre de l’arrestation de Félicien Kabuga, financier présumé du génocide au Rwanda ?

Après l’arrestation de Félicien Kabuga samedi 16 mai, et la confirmation du décès de l’ex-ministre de la Défense ce vendredi, la liste des fugitifs se réduit. Protais Mpiranya figure désormais en tête de liste. L’ancien chef de la Garde présidentielle a souvent été repéré dans des pays du sud du continent africain. En novembre 2019, le procureur Serge Brammertz, avait d’ailleurs reproché à l’Afrique du Sud de ne pas coopérer avec son bureau.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.