Accéder au contenu principal

RDC: l’ONU très préoccupée par les bavures policières

Patrouille de la police de RDC dans la région de Goma, le 19 mars 2020 (image d'illustration).
Patrouille de la police de RDC dans la région de Goma, le 19 mars 2020 (image d'illustration). REUTERS/Olivia Acland

L’ONU hausse le ton après la mort d’un militant de la Lucha tué d’une balle dans la tête lors d’une manifestation contre l’insécurité ce jeudi à Beni. Le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme a dénombré au moins sept morts, justifiés par des mesures liées à la pandémie.

Publicité

Après la mort d’un jeune militant de la Lucha, la police a annoncé l’arrestation du tireur, mais évoque un « homicide involontaire » commis par un policier « pour se dégager d’une foule en furie » et les mesures limitant les rassemblements en cette période de pandémie. Le mouvement citoyen dénonce cet assassinat en pleine manifestation pacifique.

« Très préoccupé »

Pour le directeur du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’Homme, Abdoul Aziz Thioye, il est temps que la police congolaise mette fin à ses bavures pour éviter de ruiner les progrès faits par la RDC sous la présidence Tshisekedi. « Le bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme est très préoccupé par la multiplication des bavures policières et d’atteinte du droit à la vie dans le cadre d’imposition des mesures de l’institution sanitaire à Kinshasa ou dans d’autre partie du pays, déclare-t-il. Dans certaines occasions, des auteurs ont été poursuivis et sanctionnés, mais visiblement, ce n’est pas suffisant. »

►À lire aussi : HRW dénonce un usage excessif de la force contre les Bundu dia Kongo

Le directeur pointe aussi le rôle des policiers dans plusieurs morts : « Les incidents n’arrêtent pas de se répéter et cela nous renseigne sur le degré de comportement de certains éléments des forces de sécurité et défense, plus particulièrement des PNC [Police nationale congolaise ndlr]. Le fait que dans beaucoup de ces incidents des éléments de la PNC aient été impliqués aux côtés d’autres membres de ces forces de sécurité. Nous avons déjà alerté les autorités sur la nécessité impérieuse de travailler, à déterminer de façon précise et contrôler les conditions d’utilisation de la force. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.