Accéder au contenu principal

Présidentielle au Burundi: Evariste Ndayishimiye réagit au recours du CNL

Evariste Ndayishimiye, élu président du Burundi, ici à Gitega, lors du vote le 20 mai 2020.
Evariste Ndayishimiye, élu président du Burundi, ici à Gitega, lors du vote le 20 mai 2020. REUTERS/Evrard Ngendakumana

Au Burundi, c’est ce dimanche 31 mai que s'achèvent les trois jours dits de « célébration » organisés par le CNDD-FDD, parti au pouvoir, après l'annonce de la victoire à l'élection présidentielle de son candidat, le général Evariste Ndayishimiye. Le principal parti d’opposition conteste les résultats et a déposé un recours devant la Cour constitutionnelle. Le général Evariste Ndayishimiye n’a pas du tout apprécié et il l’a fait savoir.

Publicité

Selon les chiffres de la Commission électorale, Evariste Ndayishimiye a remporté 68 % des suffrages des Burundais, le 20 mai dernier. Agathon Rwasa, principal opposant, et son parti, le CNL, contestent ces chiffres. Ils les qualifient de « fantaisistes » et ont déposé un recours devant la Cour constitutionnelle. Evariste Ndayishimiye a réagi avec véhémence. Ses propos ont été recueillis à la radio-télévision, samedi 30 mai au soir.

« Je pense qu’on est arrivé aujourd’hui à l’heure où on ne devrait plus parler des seuls militants du CNDD-FDD mais comprendre que tous les Burundais, ensemble, nous formons une seule nation. Puis, constituer une union sacrée pour nous dire: maintenant allons de l’avant ! Et je vais vous dire : cela est déjà fait, cela commence à se manifester. Pour preuves : est-ce que ce n’est pas un seul parti qui conteste les résultats ? Il est le seul à se plaindre ! Vous avez vu un autre parti dans le même cas ? Est-ce que ce parti qui est isolé, peut vaincre tous ces Burundais unis ? Dieu nous a déjà unis. Vous allez voir qu’aucun autre Burundais ne va protester. On l’a évoqué, il y a toujours l’idiot de la famille, dans chaque famille. Il doit y avoir un groupe qui tente de nous saboter. Un tel groupe doit toujours exister, c’est ce que j’aime car notre grand Père, le président Nkurunziza, m’a dit: ils sont nécessaires car ce sont eux qui nous aide à être plus intelligents », a-t-il déclaré.

► À lire aussi: Présidentielle au Burundi: le CNL dépose un recours devant la Cour constitutionnelle

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.