Accéder au contenu principal

L’ONU crée une mission pour soutenir la transition au Soudan

Un véhicule de la mission de l'ONU au Darfour (Image d'illustration).
Un véhicule de la mission de l'ONU au Darfour (Image d'illustration). ASHRAF SHAZLY / AFP

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté, dans la nuit de mercredi à jeudi et à l'unanimité, deux résolutions. L'une crée à Khartoum une mission politique et l’autre maintient la mission au Darfour jusqu'à au moins la fin de l’année, alors qu’elle devait prendre fin en octobre.

Publicité

Le Soudan aura finalement deux missions. En plus de celle déployée au Darfour, une nouvelle sera mise en place à Khartoum. Baptisée Minuats, celle-ci devra entre autre aider le gouvernement à rédiger une nouvelle Constitution et organiser des élections. Des scrutins qui doivent avoir lieu avant la fin de la transition en 2022.

Le mandat de cette nouvelle mission, dont la durée initiale est de 12 mois, a été un point de discorde à Khartoum, certains craignant une ingérence des Nations unies dans la politique intérieure du pays.

Le Premier ministre Abdalla Hamdok a dû insister pour convaincre ses détracteurs : cette mission n’interfèrera pas dans la politique du gouvernement et n’inclura pas d’hommes en uniformes. La résolution, même si elle ne précise pas le type de mandat, appuie bien sur le principe de souveraineté nationale.

Selon le chercheur soudanais Ahmed Adam, la mission politique demandé par le Premier ministre soudanais est une concession aux militaires, avec qui il partage le pouvoir. Ni l'armée, ni les groupes rebelles du Darfour n’ont intérêt à une présence de casques bleues, qui interfèrerait dans leurs opérations dans les différentes zones de conflit. Une concession dangereuse ajoute le chercheur, car elle laisserait les civils du Darfour sans protection. Raison pour laquelle le Conseil de sécurité a très certainement prolongé le mandat de la Minuad, le temps de trouver une solution à la protection des civils.

Car l’actuelle mission au Darfour, qui devait prendre fin en octobre, est maintenue jusqu’à la fin de l’année, mais devrait poursuivre un retrait progressif. Même si la sécurité au Darfour s’est améliorée, note le Conseil de sécurité, la situation dans certaines régions reste inquiétante. L’ONU précise que le retrait de ses troupes devrait dépendre des progrès du processus de paix en cours.


■ Les inquiétudes de la société civile

Après l'annonce de la mise en place de la Minuats, celle nouvelle mission onusienne au Soudan, la société civile ne cache pas sa préoccupation. Elle craint que cette mission de civils remplace à long terme les 8 000 casques bleus et policiers de la Minuad déployée au Darfour.

Nous ne sommes pas contre cette nouvelle mission, mais notre crainte est qu’elle évince l’actuel mission au Darfour, la Minuad. Cette nouvelle mission politique a pour mandat d’appuyer la consolidation de la paix, mais il n’y a pas de paix en ce moment au Darfour, il y a des exactions tous les jours, et notre principale préoccupation est la protection des civils. Non seulement, il n’y a pas de paix, mais les négociations à Juba entre le gouvernement et les mouvements armés du Darfour et autres zones de conflit n’ont toujours pas abouti. C’est pour cela que nous insistons sur le fait qu’il faut maintenir les troupes de la Minuad au Darfour et non la remplacer avec une mission politique. Également, on parle d’un mission politique, sans même évoquer le besoin de justice, hors pour nous c’est une condition pour qu’il y ait la paix au Darfour.

Salih Mahmoud, président de l'Association des avocats du Darfour

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.