Accéder au contenu principal

Côte d'Ivoire: glissement de terrain meurtrier au nord d’Abidjan

Plusieurs habitations situées en contrebas de la voie ferrée qui va au Burkina Faso ont été ensevelies sous des mètres de boue.
Plusieurs habitations situées en contrebas de la voie ferrée qui va au Burkina Faso ont été ensevelies sous des mètres de boue. RFI/Pierre Pinto

Au moins 13 morts, c’est le bilan provisoire d’un glissement de terrain survenu ce jeudi 18 juin à Anyama, commune du nord d’Abidjan. Plusieurs habitations situées en contrebas de la voie ferrée qui va au Burkina Faso ont été ensevelies sous des mètres de boue.

Publicité

De notre correspondant à Abidjan,

Vers 8h jeudi matin, la butte sur laquelle passe la voie ferrée en contre-haut de ce quartier baptisé par ses habitants « Anyama derrière rails », a littéralement fondu sur une vingtaine de maisons situées en dessous, 5 à 6 cours communes en parpaings et en ciment habitées par des familles.

Comme il pleuvait, beaucoup de ces « débrouillards », comme on les appelle ici, ces gens qui vivent au jour le jour, ne sont pas sortis travailler. Ils sont restés à la maison.

Les secours sont arrivés et avaient extrait 13 corps en fin d’après-midi. Mais le bilan pourrait donc être beaucoup plus lourd et les recherches se poursuivront ce vendredi.

Qu’est ce qui a provoqué ce glissement de terrain ?

En contre-haut de ce petit hameau de quelques centaines d’habitants passe la voie ferrée qui va au Burkina. Désormais, les rails, sur 50 mètres, sont suspendus au-dessus du vide. Derrière cette butte qui donc n’existe plus, se trouvait une cuvette qui récupérait les eaux pluviales ruisselant de la colline située derrière.

Et selon plusieurs témoins sur place, un tunnel d’évacuation d’eau permettait de vider cette cuvette. Mais, toujours selon des habitants que nous avons rencontrés, ce tunnel aurait été bouché par un nouvel arrivant il y a trois mois. L’eau est montée, surtout depuis le début de la saison des pluies il y a quelques semaines. Et les fortes pluies de ces derniers jours auront achevé de fragiliser le terrain totalement imbibé.

Nous lançons cet appel tous les jours aux populations : quittez la zone à risque

Vincent Toh Bi Irié: «vous le constatez, c'est une zone non constructible, conçue pour retenir des eaux»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.