Accéder au contenu principal
République démocratique du Congo

Parlement de RDC: l’opposition en ordre dispersé pour un poste de rapporteur

Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba avant une conférence de presse commune le 12 septembre 2018 à Bruxelles.
Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba avant une conférence de presse commune le 12 septembre 2018 à Bruxelles. JOHN THYS / AFP

Dix mois après l’investiture de Félix Tshisekedi et son alliance avec Joseph Kabila, l’opposition peine toujours à trouver sa place. À l’Assemblée nationale, elle n’a obtenu qu’un poste, celui de rapporteur adjoint. Son élection devrait se dérouler le 21 novembre, les candidatures sont closes depuis ce vendredi... et une fois de plus, l’opposition s’y rend en ordre dispersé.

Publicité

Les membres de la principale coalition de l’opposition Lamuka n’ont pas réussi à accorder leurs violons. Résultat : la bataille se jouera entre les pro-Moïse Katumbi et les fidèles de Jean-Pierre Bemba.

Du côté de l’ancien gouverneur du Katanga, il y a deux candidats. Le premier, c’est Chérubin Okende, député membre du groupe parlementaire AMK et alliés. Cet ancien membre de la cellule de communication de la majorité présidentielle de Joseph Kabila a été depuis porte-parole de Moïse Katumbi.

Toujours dans le camp de ce dernier, il y a le député Mundia Pétillon, un proche de Pierre Lumbi, l’ancien conseiller sécurité de Joseph Kabila et très proche de l’homme d’affaires katangais. Il dit être le candidat du bureau politique d’Ensemble pour le changement. Moise Katumbi lui-même ne s’est pas exprimé. 

L’ancien vice-président, Jean Pierre Bemba, n’a qu’un seul candidat : le député Jacques Lungwana, secrétaire général adjoint en charge de la logistique et des finances de son parti MLC.

Mais son groupe parlementaire ne se limite pas au parti de Jean-Pierre Bemba. Il y a un deuxième candidat, Albert-Fabrice Puela, membre de la Dynamique de l’opposition chère à Martin Fayulu. Martin Fayulu, l’ancien candidat à la présidentielle, dit quant à lui pourtant ne pas être concerné par ce débat, puisqu’il ne reconnaît toujours pas les résultats des élections.

►À lire aussi : Invité Afrique: l'opposant Adolphe Muzito «ne veut pas rester statique»

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.