Accéder au contenu principal

Au Pérou, la sécurité du Machu Picchu renforcée

Vue aérienne de la citadelle inca de Machu Picchu (image d'illustration).
Vue aérienne de la citadelle inca de Machu Picchu (image d'illustration). Reuters

Le Pérou va renforcer sa sécurité après l’épisode malheureux d’il y a dix jours : six touristes avaient été arrêtés, soupçonnés de s’être introduit dans la citadelle inca de Machu Picchu et d'y avoir non seulement fait leurs besoins, mais aussi dégradé le site archéologique.

Publicité

Dix-huit caméras de sécurité vont être installées dans le site du Machu Picchu, en plus des six déjà en place, pour « éviter toute action ou infraction au règlement », a expliqué Jose Bastante, le directeur du site archéologique.

Selon les autorités six touristes, - une Française, deux Argentins, un Chilien et deux Brésiliens -, se sont d’abord introduits sans payer dans la cité impériale du XVe siècle, perchée sur un éperon rocheux, à 2 400 mètres d'altitude.

Ils se sont ensuite cachés pour passer la nuit sur place, ont déféqué dans les ruines et fait tomber une pierre qui dans sa chute a endommagé le sol de l’édifice inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco, « un dommage incalculable qui a brisé l’intégrité du Machu Picchu » selon Jose Bastante.

Cinq des touristes ont été expulsés vers la Bolivie la semaine dernière, le sixième, Nahuel Gomez, un Argentin de 28 ans, a été condamné à trois ans et quatre mois de prison avec sursis, il a reconnu que c’est lui qui avait déplacé et fait tomber une pierre du Temple du Soleil. Le jeune homme sera à son tour expulsé une fois qu’il aura payé une amende de 1 860 dollars. Les six touristes ont interdiction formelle de remettre les pieds au Pérou ces quinze prochaines années.

Le Pérou limite l'accès des touristes au Machu Picchu

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.