Accéder au contenu principal
Venezuela

Venezuela: les bureaux de l'opposant Juan Guaido perquisitionnés en son absence

Juan Guaido au ministère des Affaires étrangères britanniques, le 21 janvier 2020.
Juan Guaido au ministère des Affaires étrangères britanniques, le 21 janvier 2020. Alberto Pezzali/Pool

L’opposant vénézuélien Juan Guaido est en tournée en Europe pour rassembler des soutiens alors qu’il ne bénéficie plus que de moins de 40% de soutien auprès de ses compatriotes. Il faut dire qu’en un an la situation n’a pas vraiment évolué dans ce pays qui traverse une crise politique, sociale et humanitaire sans précédent.

Publicité

Après avoir de nouveau bloqué le Parlement aux députés qui soutiennent Juan Guaido, les forces de l’ordre ont perquisitionné, ce mardi 21 janvier, le bureau de l’opposant dans la tour Zurich à Caracas, rapporte notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille. Plusieurs députés se sont vite rendus sur les lieux de peur que les agents du Sebin (les services de renseignement vénézuéliens) ne profitent de l’absence de Juan Guaido et de son équipe pour déposer de fausses preuves. Selon des députés, ils n’avaient pas de mandat pour perquisitionner les lieux.

« Ce qu’on a appris, c’est qu’il s’agit d’une commission anticorruption, rapporte la députée Adriana Pichardo. Et ce que l’on craint, c’est qu’ils déposent de faux documents pour impliquer le président Guaido, l’Assemblée ou son équipe dans n’importe quel acte illicite, car c’est ce qu’ils font lorsqu’ils veulent poursuivre quelqu’un. »

Pendant toute la durée de cette perquisition, les parlementaires n’ont pas pu accéder aux bureaux. Pour la députée Delsa Solorzano, le but de cette opération, c’est aussi de détourner l’attention médiatique de sujets plus importants. « D’abord, tenter d’occulter qu’aujourd’hui un parlementaire a été enlevé, pointe-t-elle. Aujourd’hui, ils ont arrêté Ismael Leon. Ensuite, tenter d’occulter le succès de la tournée internationale du président Juan Guaido qui ne va ramener que de bonnes nouvelles pour le Venezuela. »

Depuis Londres, Juan Guaido n’a pas donné plus de détails sur ces bonnes nouvelles à venir, mais il s’est indigné de la disparition du député Ismael Leon et de la perquisition dans ses bureaux.

Une tournée pour tenter de convaincre

Malgré une popularité qui ne cesse de baisser, la faute à un contexte qui n’évolue pas, l’opposant tente de convaincre la communauté internationale, mais également et surtout ses compatriotes qu’il est l’homme de la situation. S’il reste reconnu comme président par intérim par plus d’une cinquantaine de pays dans le monde, Juan Guaido ne bénéficie pas de la même aura parmi les Vénézuéliens.

À Bogota, en Colombie, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo lui a confirmé son soutien lundi, tout en annonçant de nouvelles sanctions contre le régime de Nicolas Maduro.

Bénéficiant toujours du soutien d’une grande partie des nations de la région, le président de l’Assemblée nationale qui s’est autoproclamé président par intérim il y a un an doit ensuite aller à Bruxelles, ce mercredi, pour rencontrer Josep Borrel, le nouveau haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Ce dernier compte changer l’approche de l’Union européenne, calquée jusqu'à présent sur celle des États-Unis, et voit d’un mauvais œil la multiplication des sanctions dont pâtissent également les Vénézuéliens.

Juan Guaido se rendra ensuite au forum de Davos. L’idée, selon l’opposition vénézuélienne, est de faire des propositions concrètes pour une issue à la crise. Si 2019 a été une année d’apprentissage, 2020 doit être l’année de l’action, selon le communiqué de la présidence intérimaire. Reste qu’en attendant, c’est bien le régime de Nicolas Maduro qui assure toujours les fonctions régaliennes.

Les sanctions américaines contre le Venezuela, une politique peu efficace

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.