Accéder au contenu principal

À la Une: Harvey Weinstein, «le crépuscule»

Le producteur américain Harvey Weinstein lors de son arrivée pour l'ouverture de son procès, le 23 janvier 2020.
Le producteur américain Harvey Weinstein lors de son arrivée pour l'ouverture de son procès, le 23 janvier 2020. REUTERS/Brendan McDermid

Le procès contre l’ancien producteur de Hollywood Harvey Weinstein, accusé de violences sexuelles, a débuté jeudi à New York.

Publicité

La photo de celui qui a provoqué le mouvement planétaire #MeToo se trouve en Une du New York Post. « Le peuple contre Harvey Weinstein », titre le tabloïd de New York. « Une brute de 135 kilos qui a violé, humilié et traumatisé des femmes pendant des années », c’est ainsi que la procureure Meghan Hast décrit l’accusé. Avant de poursuivre : « L’homme qui est assis là-bas, contrairement à ce que vous pourriez penser, n’est pas un vieillard innocent ».

Selon le New York Times, l’ancien magnat d’Hollywood, arrivé en déambulateur à son procès, a décidé de jouer le rôle de la victime, quitte à exagérer ses handicaps physiques. Le journal publie un portrait de celui qui fait face à son crépuscule. La plupart du temps reclus dans son appartement de location à New York, il passe ses journées à regarder des films, des émissions et à chercher sur Google des informations sur lui-même. D’après le New York Times, il est très nerveux quant à l’issue de son procès. En cas de condamnation, il risque la perpétuité.

Une autre personne qui montre son inquiétude face au procès auquel il fait face, c’est Donald Trump. Plus de 140 tweets dans la seule journée d’hier, c’est un record absolu, écrit le Los Angeles Times. Des messages qui ridiculisent les adversaires du président et vantent son action. Et qui révèlent, quoi qu’il dise publiquement, son angoisse. Hier, les démocrates ont appelé les sénateurs républicains à avoir le « courage » de « rechercher la vérité » lors de ce procès en destitution.

Le Brésil vivement critiqué par Transparency International

Le dernier rapport de l’ONG sur l’état de la corruption dans le monde est à la Une de Folha de São Paulo. Le journal pointe le « pire résultat depuis 2012 », le Brésil perd 5 points et tombe à la 106e place. « Les promesses de campagne se sont transformées en une série de revers juridiques et institutionnels ». L’ONG dénonce une « ingérence politique croissante dans les institutions de lutte contre la corruption par le président Jair Bolsonaro ». Certaines décisions de la Cour suprême compliquent la lutte contre la corruption. Transparency International a cité des cas de confessions annulées suite à des négociations, ou des cas de délations récompensées.

Jair Bolsonaro ne veut plus donner d’interview

La corruption qui s’aggrave malgré les promesses du président. Mais cela n’empêche pas Jair Bolsonaro d’augmenter son capital sympathie. C’est à lire dans le journal économique Valor. Le président a vu sa cote de popularité remonter à 47,8 %, contre 41 % en août, selon un sondage de l’institut MDA. Arrivé au pouvoir il y a un an, Jair Bolsonaro reste toutefois loin des 57 % d’opinions favorables qu’il atteignait en février 2019, soit un mois après son investiture.

Le président a déclaré ne plus donner d’interview à la presse. Une information reprise par la plupart des journaux, dont le magazine Exame. « Comme je suis accusé d’être agressif avec les journalistes, je ne donnerai plus d’interview », a tweetté Jair Bolsonaro. Selon la Fédération des journalistes au Brésil, les attaques contre les médias, verbales et physiques, ont plus que doublé en 2019 par rapport à 2018. Une tendance dont le président porte une certaine responsabilité, selon la Fédération.

Un carnaval de Rio très politique

Les critiques à l’égard du président d’extrême droite sont un grand thème du Carnaval de Rio cette année, écrit O Globo. Plusieurs chansons de samba épinglent son obsession en faveur d’une libéralisation du port d’armes, comme ce titre de l’école de samba Mangeira, « un messie avec une arme dans la main ».

Les maladies cardiovasculaires, première cause de décès en Haïti

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.