Accéder au contenu principal

Piratage du téléphone de Jeff Bezos: des experts de l'ONU demandent une enquête

L'iPhone X de Jeff Bezos aurait été piraté le 1er mai 2018 après la réception d'une vidéo vérolée envoyée depuis un compte de messagerie WhatsApp appartenant au prince ben Salman.
L'iPhone X de Jeff Bezos aurait été piraté le 1er mai 2018 après la réception d'une vidéo vérolée envoyée depuis un compte de messagerie WhatsApp appartenant au prince ben Salman. REUTERS/Joshua Roberts

Jeff Bezos, le patron du site de vente en ligne d’Amazon, s’est fait pirater son téléphone en mai 2018. Ce mercredi 22 janvier, deux experts de l’ONU demandent une « enquête immédiate de la part des autorités américaines et des autorités compétentes ».

Publicité

Les deux experts mandatés par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, Agnès Callamard et David Kaye, ont eu accès aux conclusions de l’analyse du téléphone de Jeff Bezos.

En effet, le patron d’Amazon avait engagé des enquêteurs. Il faut dire qu'un tabloïd a précipité la fin de son mariage en révélant une liaison grâce à des messages et des photos privés.

Jeff Bezos avait donné en 2018 son numéro de téléphone au prince saoudien Mohammed Ben Salman, qui lui a envoyé une vidéo contenant un programme-espion.

Rappelons que Jeff Bezos est aussi le propriétaire du Washington Post, qui employait comme chroniqueur Jamal Khashoggi, ce journaliste saoudien critique envers Riyad assassiné en 2018. La CIA comme Agnès Callamard lient le prince Mohammed ben Salman au meurtre, ce que dément avec véhémence le royaume.

Mais selon les rapporteurs de l’ONU, cette affaire d’espionnage « renforce les informations faisant état d’un programme de surveillance ciblée de personnes perçues comme étant des opposants et de celles qui revêtent une importance stratégique » aux yeux de Riyad.

Ils affirment avoir des informations sur une possible implication de prince héritier saoudien et demandent l’ouverture immédiate d’une enquête, entre autres par les autorités américaines. L’Arabie saoudite parle d’allégations absurdes, elle demande, elle aussi, une enquête.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.