Accéder au contenu principal

États-Unis: vol inaugural pour le 777X, sauveur de Boeing ?

Un logo Boeing est visible dans les locaux d'Everett où est fabriqué le 777/777X.
Un logo Boeing est visible dans les locaux d'Everett où est fabriqué le 777/777X. REUTERS/Lindsey Wasson

Les mauvaises conditions météo ont retardé son envol, mais il a finalement eu lieu ce samedi 25 janvier. Le 777X de Boeing a décollé pour la première fois pour un vol d’essai. La compagnie espère que cet appareil, censé devenir le plus gros bi-réacteur au monde, pourra entrer en service l’année prochaine et compenser en partie les pertes occasionnées par les déboires du 737 MAX.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

Ce n’est qu’un premier vol d’essai, il y aura encore de nombreux tests avant la mise en service de l’appareil, mais il apporte un certain soulagement à la compagnie américaine, confrontée à de graves difficultés depuis les crashs de deux 737 MAX qui ont révélé une série de dysfonctionnements. « Le processus de certification a changé, nous allons procéder à des enquêtes vraiment approfondies autour du 777X », a déclaré le nouveau PDG de Boeing.

Mais signe de méfiance, les régulateurs étrangers, dont l'Agence de la sécurité aérienne de l'Union européenne, comptent procéder à un examen parallèle de l’appareil. Or ils s’en remettent habituellement aux décisions de l’administration fédérale. Boeing a déjà une commande ferme de plus de trois cents 777X, dont 200 vendus à des compagnies du Moyen Orient. L’appareil peut transporter jusqu’à 426 passagers, coute 442 millions de dollars, et se veut très économe en carburant. Il sera directement en concurrence avec l’A350 européen d’Airbus .

Les premières livraisons ne devraient pas avoir lieu avant l’année prochaine. 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.