Accéder au contenu principal

Le Pentagone confirme le crash d'un avion militaire en Afghanistan

L'épave d'un avion est visible dans le district de Deh Yak de la province de Ghazni, en Afghanistan, le 27 janvier 2020.
L'épave d'un avion est visible dans le district de Deh Yak de la province de Ghazni, en Afghanistan, le 27 janvier 2020. REUTERS

Le Pentagone a confirmé lundi le crash d'un avion militaire en Afghanistan, assurant n'avoir aucune indication qu'il ait été abattu par un tir ennemi, alors que les talibans affirment qu'il a été « abattu tactiquement ».

Publicité

« Un appareil E-11A américain s'est écrasé aujourd'hui dans la province de Ghazni, en Afghanistan » a tweeté le porte-parole des forces américaines en Afghanistan, le colonel Sonny Leggett. « Une enquête est en cours sur les causes du crash, mais il n'y a aucune indication qu'il ait été provoqué par un tir ennemi », a-t-il ajouté.

« Des affirmations des talibans qu'un autre appareil s'est écrasé sont fausses », a indiqué dans un second tweet Sonny Leggett.

Cette confirmation de Washington est intervenue quelques heures après le communiqué des talibans. « Un appareil spécial des occupants américains s'est écrasé (...) dans la province de Ghazni » (dans l'Est), avait indiqué le porte-parole des talibans Zabiullah Mujahid dans un communiqué, ajoutant que tous les membres de l'équipage ont péri. Contacté par l'AFP, il a ensuite affirmé que l'appareil avait été « abattu tactiquement », sans dire comment.

Selon les talibans, l'appareil « volait dans une mission de surveillance ». Le type d'aéronef correspond à ceux utilisés dans le pays par l'US Air Force pour la surveillance électronique. Le E-11A Global Express est un appareil de soutien aux drones de reconnaissance, équipé de matériel de communications de grande valeur.

Le crash de l'appareil est survenu dans le district de Deh Yak, à l'est de la ville de Ghazni. En dehors des villes, la région est largement contrôlée par les talibans, ce qui complique considérablement l'envoi de secours et d'enquêteurs.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.