Accéder au contenu principal

Brexit: quelles conséquences à l'ONU?

Le Conseil de sécurité de l'ONU.
Le Conseil de sécurité de l'ONU. Manuel ELIAS / UNITED NATIONS / AFP

Dès demain minuit, heure de New York où siège l'ONU, les réunions entre diplomates européens de l’ONU passeront de 28 à 27 pays participants, et le Royaume-Uni regagnera en visibilité propre dans les institutions onusiennes. Rien n’étant prévu, c’est à l’usage que les diplomates européens et britanniques vont créer leur nouvelle relation à l’ONU d’ici décembre prochain.

Publicité

Avec notre correspondante à New York,  Carrie Nooten

À l’Assemblée générale de l’ONU, ce sera l’entente cordiale : le Royaume-Uni sera considéré comme un pays aux positions « similaires ». Une bonne chose pour l’Union européenne, alors qu’elle n’y parle que d’une seule voix, de bénéficier de l’écho d’une voix « amie » : sur des sujets comme les droits de l’homme, elle sera la bienvenue.

C’est au Conseil de sécurité que la dynamique pourrait légèrement changer : l’Union européenne ne comptera plus que quatre membres, dont un seul ayant le droit de veto, contre deux auparavant. Même si certains rappellent que la France et la Grande-Bretagne reçoivent leurs ordres de Paris ou de Londres, et non de Bruxelles.

Pour les résolutions sur la Libye, ou le maintien de la paix en Afrique, le Royaume-Uni devrait suivre la position européenne en vertu de l’accord de transition. Il pourrait « montrer ses muscles » sur d’autres dossiers. Certains craignent son rapprochement avec les États-Unis sur l’accord du nucléaire iranien, par exemple, arguant que Boris Johnson sera en pleine négociation d’un traité commercial avec Washington. C’est oublier qu’il sera en tractation similaire avec Bruxelles - bien plus importante, car la moitié des exportations britanniques sont à destination de l’Europe, contre 15% pour les États-Unis.

En attendant, au siège de l’ONU, de part et d’autre, les diplomates habitués à travailler en équipe tentent de minimiser l’importance de la rupture.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.