Accéder au contenu principal
La revue de presse des Amériques

À la Une: Michael Bloomberg, le candidat démocrate qui monte

Michael Bloomberg, le magnat des médias, ex-maire de New York, et candidat démocrate.
Michael Bloomberg, le magnat des médias, ex-maire de New York, et candidat démocrate. REUTERS/Maria Alejandra Cardona

Publicité

D’après le New York Times, le candidat à l’investiture démocrate s’est qualifié pour le prochain débat démocrate. Il aura lieu demain à Las Vegas. Selon une enquête commandée par la radio NPR, publiée ce matin, l’ancien maire de New York obtient 19% d’intention de vote, ce qui le place en deuxième position, derrière Bernie Sanders. En fait, c’est la quatrième fois qu’un sondage national le crédite de plus de 10%,  lui donnant donc le ticket pour la participation au débat télévisé.

C’est la première fois que le multimilliardaire se trouvera sur un plateau côte à côte avec ses principaux rivaux dont Bernie Sanders, Pete Buttigieg et Joe Biden. D’ailleurs, le ton entre Mike Bloomberg et Bernie Sanders a monté d’un cran hier. Les deux ont intensifié leurs attaques mutuelles, peut-on lire dans le Washington Post. Le sénateur du Vermont a accusé l’ancien maire de New York de vouloir « acheter » l’élection. Ce dernier a reproché à son rival et à ses partisans de nuire à l’unité du parti.

Quelle indépendance pour les journalistes de Bloomberg News

Avec le succès du candidat Michael Bloomberg se pose une question cruciale : les journalistes de l’agence de presse Bloomberg News, fondée par le candidat, peuvent-ils couvrir la campagne de leur chef en toute indépendance ? D’après le New York Times, de plus en plus de reporters au sein de l’agence en doutent. Selon un journaliste de Bloomberg News, cité par le journal new-yorkais, la crédibilité de l’agence est en jeu. Après tout, le chef de l’agence avait expliqué lui-même en 2018 qu’il ne souhaitait pas que ses journalistes publient des articles négatifs sur sa personne. « Je ne veux pas que les reporteurs que je paie écrivent de mauvaises choses sur moi ». D’ailleurs, l’entreprise de presse interdit formellement à ses employés d’enquêter sur la fortune et la vie privée de Michael Bloomberg.

Le Mexique sous le choc après l’assassinat d’une fillette de 7 ans

« Douleur et indignation », titre le Diario de Yucatan. La découverte samedi dernier du corps de Fatima, une fillette de sept ans, a suscité une vive émotion dans le pays. Des parents de son école sont descendus dans la rue pour réclamer justice. Le journal Reforma met en cause les autorités. D’après El Universal, les enquêteurs cherchent à présent une femme inconnue qui est venue chercher la petite fille à la sortie son école, lui promettant de la raccompagner chez elle. Des caméras de surveillance montrent cette dame monter avec Fatima dans une voiture. Le parquet local a offert une récompense de deux millions de pesos (environ 107 000 dollars) en échange d’informations qui permettent d’identifier les personnes qui ont enlevé et tué l’enfant. Si cette tragédie bouleverse l’opinion publique, elle est toutefois assez fréquente. D’après le Diario de Yucatan, environ 12 fillettes et adolescentes sont assassinées tous les mois.

La France pointée du doigt par le gouvernement vénézuélien

Le Venezuela a transmis une protestation écrite à l’ambassadeur français à Caracas, Romain Nadal. Les autorités accusent l’ambassadeur de s’immiscer dans les affaires intérieures du Venezuela. En fait Romain Nadal avait reçu le 11 février dernier le chef de l’opposition Juan Guaido à son retour d’une tournée internationale. « L’ambassadeur Nadal a exercé un usage abusif des privilèges que lui accorde l’État vénézuélien en raison de son statut de diplomate », peut-on lire dans le message transmis à l’ambassade par le vice-ministre aux Affaires européennes, Yvan Gil. Le gouvernement vénézuélien publie d’ailleurs sur son compte twitter une photo montrant la remise de la protestation écrite, une photo reprise par El Universal qui consacre un article à ce sujet.     

Quel avenir pour la compagnie pétrolière publique PDVSA

Selon l’agence de presse Bloomberg, des proches du président Nicolas Maduro ont lancé des discussions avec des compagnies pétrolières étrangères en vue d’une éventuelle privatisation de PDVSA. Une information publiée il y a quelques semaines qui a été démentie hier par le président de la l’Assemblée constituante Diosdado Cabello. Le numéro 2 du gouvernement vénézuélien a toutefois estimé que la Constitution permet au président de « former des alliances » afin d’améliorer la productivité de la compagnie. C’est à lire dans le journal El Nacional.

Haïti : des tribunes incendiées à Port-au-Prince

À la une de la presse haïtienne, des tribunes et des stands incendiés lundi 17 février 2020 au Champ de Mars à Port-au-Prince, des constructions qui devaient permettre aux invités officiels de suivre le défilé du Carnaval. Selon le Nouvelliste, ce sont des agents de la police, en colère, qui ont mis le feu au stand présidentiel. « Ce n’est pas le carnaval qui part en fumée, c’est la cohésion nationale qui se consume sur le bûcher de nos égos », écrit le journal. Plus prudent, Gotson Pierre, le rédacteur en chef de l’agence Alterpresse selon lequel les auteurs des incendies restent pour l’instant inconnus. 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.