Accéder au contenu principal

Haïti: le carnaval national menacé par la colère policière

Un policier verse de l'eau sur des pneus enflammés lors de manifestations à Port-au-Prince, le 19 février 2020.
Un policier verse de l'eau sur des pneus enflammés lors de manifestations à Port-au-Prince, le 19 février 2020. REUTERS/Andres Martinez Casares

Le climat est tendu en Haïti avec une défiance grandissante des citoyens, dont les forces de l’ordre, envers les autorités.

Publicité

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Lundi soir, des policiers ont volontairement incendié les stands du carnaval censé débuter dimanche. Ils réclament de meilleures conditions de travail et le droit à former un syndicat. Dans ce contexte et face à l’insécurité grandissante, la tenue du carnaval national n’est pas garantie.

« Ils nomment des bandits mais révoquent des policiers » : la défiance et colère des agents contre les autorités sont extrêmes. Ils défilent les visages masqués et tirent régulièrement en l’air avec leurs armes de service.

« Un agent débutant gagne 19 000 gourdes, soit 175 euros. Cela ne peut servir à rien. Quand j’habitais chez mes parents, avec ces 19 000 gourdes, j’achetais des bières, des baskets, des habits. Maintenant que j’ai une femme et des enfants, je suis toujours endetté : je n’ai pas payé les frais de scolarité de ma fille depuis cinq mois », détaille l'un d'eux.

Le Premier ministre démissionnaire, Jean-Michel Lapin, a qualifié l’incendie des stands du carnaval d'« actes barbares » qui rappellent « la violence aveugle des terroristes ». Des propos qui ne passent pas auprès des policiers manifestants : « Il faut que ce Premier ministre se considère personnellement comme le premier terroriste du pays, parce qu’il est en poste hors du cadre légal. La Constitution précise la durée limite pour liquider les affaires courantes. Le Premier ministre dit que le carnaval est maintenu et commence dimanche ? Dans quel pays ? Dans leurs rêves seulement ! On ne sera pas responsable de ce qui se passera au Champ-de-Mars dimanche ».

Après les stands lundi, à l’issue de la manifestation mercredi, ce sont des véhicules et équipements destinés aux chars musicaux du carnaval qui ont été incendiés.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.