Accéder au contenu principal
La revue de presse des Amériques

Haïti: confusion et peur règnent, le carnaval annulé à Port-au-Prince

Un homme en uniforme de la police nationale haïtienne avec son arme lors de la fusillade au Champ de Mars à Port-au-Prince le 23 février 2020.
Un homme en uniforme de la police nationale haïtienne avec son arme lors de la fusillade au Champ de Mars à Port-au-Prince le 23 février 2020. Reuters/Andres Martinez Casares

Publicité

C’est la confusion en Haïti après un dimanche sanglant qui a vu des militaires s’affronter à des policiers mécontents. Une situation qui a obligé les autorités à annoncer l’annulation du carnaval de Port-au-Prince. « Deux morts, une dizaine de blessés, le carnaval annulé après des affrontements entre policiers et militaires à Port-au-Prince », titre ce lundi 24 février le quotidienLe Nouvelliste. Selon le journal, « le bilan provisoire fait » également « état d’une dizaine de personnes blessées, parmi elles un soldat, des policiers et des civils ».

Ce dimanche 23 février, selon les explications de l’agence en ligne Alter Presse, des policiers nationaux étaient à nouveau en train de manifester, après un premier mouvement le lundi 17 février, pour réclamer de meilleures conditions de travail. Lorsque le cortège est arrivé au Champ-de-Mars « tout est parti en vrille », explique Le Nouvelliste, « quand des policiers et des individus encagoulés ont voulu détruire un stand construit à l’intérieur même du grand quartier général des Forces armées d'Haïti à quelques mètres du Palais national ». C’est à ce moment-là que les affrontements ont débuté. « Une première dans les mouvements de protestation dans le pays », détaille le Nouvelliste.

Dans un communiqué mis en ligne sur le site Haïti Libre, le gouvernement dit condamner « avec la dernière rigueur ces violences et actes attentatoires à la liberté et à la démocratie. Le gouvernement se demande qui a intérêt à adopter ce comportement extrémiste visant à conduire le pays vers le chaos, en dépit des engagements et des décisions du pouvoir exécutif pour répondre aux revendications des policiers et policières. » Un communiqué qui annonce également l’annulation du carnaval de Port-au-Prince afin « d’éviter le bain de sang programmé ». Des autorités qui invitent « le peuple haïtien à garder son calme en attendant les prochaines annonces ».

Le festival de Viña del Mar victime des manifestations antigouvernementales

Viña del Mar, cité balnéaire qui organise chaque année le plus grand festival de musique d’Amérique Latine, a été le théâtre cette année de très violentes manifestations antigouvernementales. De graves violences ont émaillé l’ouverture de ce festival dimanche 23 février, obligeant l’organisation à reporter plusieurs concerts et rendez-vous. Un hôtel a notamment été pris d’assaut, ainsi que de nombreux locaux commerciaux, précise El Mercurio. La manifestation de ce dimanche avait été convoquée dans le cadre du mouvement de protestation sociale qui a débuté il y a quatre mois au Chili. Armés de barres de fer, de cocktails Molotov et de pierres, des milliers de manifestants ont défilé en scandant « pas de festival sans justice », détaille le quotidien argentin La Nacion. Les autorités sont intervenues avec d’importants moyens, ce qui a occasionné de nombreux blessés, vingt parmi les forces de l’ordre selon le quotidien. Le public du festival a finalement pu rentrer dans le parc avec trois heures et demie de retard et une partie du programme a tout de même pu se dérouler, détaille El Mercurio.

La Colombie annonce l’arrestation d’un ancien dirigeant de l’ELN

Celui qui est connu sous le nom de Francisco Galan au sein de l’ELN, l’armée de libération nationale, a finalement été arrêté samedi 22 février à Medellín, détaille El Tiempo. Il est soupçonné d’avoir participé à la capture de 64 personnes dans des établissements publics le 17 septembre 2000. Retiré de la guérilla de l’ELN, Francisco Galan, qui a également été le porte-parole de cette guérilla, est accusé d’enlèvement à des fins d’extorsion aggravée, d’homicide volontaire et de vol aggravé. Un premier mandat d’arrêt avait été émis à son encontre, mais en 2016 le gouvernement de l’ancien président Juan Manuel Santos l’avait suspendu, car Francisco Galan participait alors à des pourparlers de paix. Des discussions qui ont échoué d’où cette arrestation annoncée ce dimanche.

Vent de panique chez les démocrates après la victoire de Bernie Sanders

Selon Politico, le score de Bernie Sanders lors du Caucus du Nevada a de quoi faire pâlir ses adversaires. Mais plus que son score, c’est le fait d’avoir été en mesure de remporter le vote latino qui a surpris, semble-t-il, de nombreux démocrates, pas forcément partisans d’une candidature de Bernie Sanders, détaille la revue. Une victoire de Sanders dans ces primaires démocrates est, aux yeux des modérés du parti, la garantie de la réélection de Donald Trump. Les partisans de Joe Biden tentent de convaincre le parti de s’unir derrière leur candidat pour éviter une victoire de Bernie Sanders explique Politico. Joe Biden, dont la candidature est désormais très fébrile, après trois revers lors des trois premières consultations.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.