Accéder au contenu principal

Brésil: situation tendue dans l’État de Ceará, la police militaire en grève

Des militaires ont été envoyé dans l'Etat de Ceara pour rétablir l'ordre en raison de la grève des policiers, ici à Fortaleza le 21 février 2020.
Des militaires ont été envoyé dans l'Etat de Ceara pour rétablir l'ordre en raison de la grève des policiers, ici à Fortaleza le 21 février 2020. REUTERS/Lucas Moura

La police du Ceará, dans la région du Nordeste, est en grève depuis une semaine, en plein carnaval. Le climat est explosif et le nombre de meurtres a explosé en cinq jours.

Publicité

Avec notre correspondant à São Paulo, Martin Bernard

Plusieurs villes de l’État de Ceará ont annulé les célébrations du carnaval en raison des risques de flambée de violence. Dix bataillons se sont mutinés et ont bloqué l’accès et la sortie des casernes.

Masqués, ils réclament des augmentations de salaire. Le gouverneur, de gauche, leur a accordé 20% échelonnés sur 3 ans - une proposition rejetée par une partie des policiers, qui ont déclenché une grève, théoriquement illégale.

Le gouvernement a envoyé 2 500 soldats pour rétablir l’ordre dans la région. Trois ministres se sont rendus sur place ce lundi, et le ministre de la Justice Sergio Moro a estimé que la situation était maîtrisée, malgré un « contexte, dit-il, relativement difficile ».

Au plus fort de la tension, un sénateur de gauche a tenté de briser un piquet de grève avec une pelleteuse - les policiers lui ont tiré dessus, et le sénateur Cid Gomes a été blessé par balles. Il vient de sortir de l’hôpital ce week-end, non sans être l’objet de moquerie de la part du président Bolsonaro.

L'Etat de Ceara a enregistré 147 assassinats en cinq jours, soit cinq fois plus que la moyenne quotidienne, ont annoncé lundi les autorités. Ces homicides ont eu lieu entre mercredi et dimanche, en pleine période de carnaval au Brésil. Ils sont cinq fois plus nombreux que la moyenne de six meurtres par jour, enregistrés dans cet Etat depuis le début de l'année.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.