Accéder au contenu principal

Haïti: libération d’une Française enlevée mardi

Une rue de Port-au-Prince (image d'illustration).
Une rue de Port-au-Prince (image d'illustration). Ken Cedeno/Getty

Une citoyenne française, enlevée mardi 25 février en Haïti, a été libérée jeudi soir. Elle travaille pour le Programme alimentaire mondial à Port-au-Prince et c’est l’agence onusienne qui a confirmé la nouvelle de sa libération vendredi. Depuis plus de deux mois, la situation sécuritaire s’est dangereusement aggravée dans le pays de la Caraïbe.

Publicité

De notre correspondante en Haïti,

L’employée du Programme alimentaire mondial a été enlevée au cœur de la capitale haïtienne mardi en fin d’après-midi. La victime, dont l’identité n’a pas été rendue publique, a donc été retenue en captivité 48 heures par des individus non identifiés. Vendredi matin, l’agence des Nations unies, basée à Rome, a indiqué que cette citoyenne française a été libérée « en toute sécurité ».

Cet enlèvement vient s’ajouter à la longue liste des cas de rapts crapuleux. Depuis la fin de l’année 2019, ces crimes sont en recrudescence dans la capitale Port-au-Prince, mais aussi dans les villes de province.

Impossible d’évaluer l’ampleur précise du phénomène, car nombre de cas ne sont pas rendus publics : pour éviter que le montant de la rançon exigée n’augmente de façon drastique, beaucoup préfèrent ne pas ébruiter l’enlèvement d’un de leurs proches et préfèrent ne pas contacter la police.

Cette aggravation de la situation sécuritaire pousse les personnes vivant en Haïti à réduire leurs déplacements : beaucoup de rues de la capitale sont ainsi désertées dès la tombée de la nuit.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.