Accéder au contenu principal

Coronavirus: Donald Trump suspend tous les voyages depuis l'Europe vers les États-Unis

Le président américain Donald Trump lors de son allocution, mercredi 11 mars 2020, pour annoncer les mesures pour lutter contre le coronavirus.
Le président américain Donald Trump lors de son allocution, mercredi 11 mars 2020, pour annoncer les mesures pour lutter contre le coronavirus. Doug Mills/Pool via REUTERS

Lors d’une allocution à la télévision mercredi 11 mars au soir, le président américain Donald Trump a annoncé des mesures pour lutter contre le coronavirus. La plus marquante : la suspension de tous les voyages depuis l'Europe vers les États-Unis pour une période de 30 jours.

Publicité

Donald Trump a annoncé mercredi la suspension pour 30 jours, à partir de vendredi 13 mars, de tous les voyages depuis l'Europe vers les États-Unis pour endiguer l'épidémie de nouveau coronavirus. « Pour empêcher de nouveaux cas de pénétrer dans notre pays, je vais suspendre tous les voyages en provenance d'Europe vers les États-Unis pour les 30 prochains jours », a dit le président lors d'une allocution solennelle dans le Bureau ovale. Cette nouvelle mesure entrera en vigueur vendredi à 00h00 locales (04h00 TU). Cependant, elle ne concerne pas le Royaume-Uni et l'Irlande, a précisé Donald Trump. C'est l’accroissement soudain du nombre de cas et les pressions des autorités locales et des experts de santé qui ont contraint le président américain à changer de posture, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet.

Les dispositions prises par Donald Trump concernant l'entrée aux États-Unis des personnes

Pendant les trente prochains jours, l’entrée aux États-Unis de voyageurs ayant récemment séjourné en Europe est interdite. Elle s’applique à toute personne ayant séjourné dans l’espace Schengen au cours des 14 jours précédant son arrivée prévue sur le sol américain.

Exceptions : les citoyens américains et les personnes bénéficiant d’un titre de résidence aux États-Unis, ainsi que les parents de citoyens américains.

La mesure entrera en vigueur à minuit ce vendredi 13 mars, heure de Washington.

De plus en plus d’événements publics sont annulés à travers tout le pays et il manque toujours des tests de dépistage qui coûtent cher pour les Américains démunis d’assurance maladie. Après le discours du président, les responsables démocrates du Congrès ont fait savoir qu’ils allaient soumettre au vote un texte qui prévoit notamment la mise à disposition de tests gratuits et la mise en place de congés maladies rémunérés pour les travailleurs infectés par le coronavirus.

Francois Durpaire, universitaire et spécialiste des Etats-Unis: il ne faut pas oublier la faiblesse du système de santé américain, «c'est 2,4 lits en soins intensifs pour 1000 habitants soit le taux le plus faible des pays de l'OCDE»

« 200 milliards de dollars… »

En outre, le président américain a appelé dans son allocution le Congrès à adopter rapidement une réduction des taxes sur les salaires pour aider les ménages américains à surmonter l'impact économique de l'épidémie de coronavirus et a annoncé plusieurs mesures d'aides aux entreprises mises en difficultés. « J'appelle le Congrès à rapidement offrir aux Américains une baisse des taxes sur les salaires », a lancé le président. Cette proposition, faite par son administration en début de semaine, n'a pas eu un écho très favorable auprès des élus, y compris de son propre parti.

Le pétrole chute, la Bourse également

Les répercussions boursières de la décision de Donald Trump: c'est la chronique de Pierre-Yves Dugua

Donald Trump a aussi annoncé le report de la date butoir de paiement des impôts pour certains individus et entreprises et ainsi réinjecter « 200 milliards de dollars de liquidités supplémentaires dans l'économie ».

Quelques heures avant l'allocution présidentielle, le directeur des Centres de détection et de prévention des maladies (CDC), Robert Redfield, avait estimé que le principal risque de propagation de l'épidémie pour les États-Unis venait d'Europe. « La vraie menace pour nous, c'est désormais l'Europe, avait-il affirmé. C'est de là qu'arrivent les cas. Pour dire les choses clairement, l'Europe est la nouvelle Chine. »

Le président américain a laissé entendre, par erreur, que ces restrictions pourraient s'appliquer également aux produits venant d'Europe et pas seulement aux voyageurs. La proclamation officielle, publiée plus tard dans la soirée par la Maison Blanche, précise bien que le président « continue à s'engager à faciliter le commerce entre nos nations ». Pour lever toute confusion, Donald Trump s'est vu forcer de tweeter dans la foulée : « S'il vous plaît, n'oubliez pas, il est très important que les pays et les entreprises sachent que le commerce ne sera en aucune manière affecté » par les restrictions aux voyages en provenance d'Europe.

Les places financières asiatiques ont mal réagi à ces nouvelles, Hong Kong et Tokyo perdant respectivement 3% et 2% à l'ouverture.

(et avec AFP)


Washngton exhorte les Américains à éviter tout voyage à l'étranger

Les États-Unis ont publié mercredi soir un avertissement aux voyageurs sans précédent, exhortant les Américains à éviter tout voyage à l'étranger en raison du nouveau coronavirus. « Le département d'État recommande aux ressortissants américains d'éviter de voyager à l'étranger en raison de l'impact mondial du Covid-19 », écrit-il dans un communiqué, étendant le niveau de mise en garde déjà adopté pour l'Italie ou la Corée du Sud à l'ensemble de la planète. Selon la diplomatie américaine, les Américains qui se rendent hors des États-Unis risquent de se retrouver coincés car de nombreux pays, y compris ceux où aucun cas de coronavirus n'est encore signalé, « peuvent restreindre les déplacements sans préavis ». Cette mesure intervient alors que le président américain Donald Trump vient déjà d'annoncer la suspension pour 30 jours de tous les voyages de l'Europe vers les États-Unis afin d'endiguer l'épidémie. Les avertissements aux voyageurs américains prévoient quatre niveaux de mise en garde. Le monde entier est désormais au niveau 3. La Chine a, elle, été placée au niveau 4, la mise en garde maximale, quand Washington a appelé fin janvier ses ressortissants à ne pas s'y rendre du tout.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.