Accéder au contenu principal

Face au coronavirus, le Venezuela se met lui aussi en quarantaine

Frontière vénézuélo-brésilienne, entre la ville vénézuélienne de Santa Elena de Uairen et Pacaraima. (Archives)
Frontière vénézuélo-brésilienne, entre la ville vénézuélienne de Santa Elena de Uairen et Pacaraima. (Archives) BRUNO MANCINELLE / AFP

Mardi 17 mars, le Venezuela a décidé de suspendre tous les vols, qu’ils soient commerciaux ou privés. Il est donc désormais impossible d’entrer ou de quitter le territoire par les airs, ni même de voyager à l’intérieur du pays.

Publicité

Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

La mesure drastique, qui consiste à ne plus entrer ou quitter le territoire vénézuélien, s’ajoute désormais à une longue liste de restrictions depuis l’apparition vendredi 13 mars des deux premiers cas. Et la situation pourrait être encore plus compliquée pour les étrangers.

Quarantaine étendue à l’ensemble du pays

Ils vont devoir prendre leur mal en patience, puisqu’il n’y a absolument plus aucun moyen de quitter le pays actuellement. En plus des frontières aériennes, les frontières terrestres sont aussi infranchissables. La Colombie a fermé la sienne, et les armées vénézuélienne et brésilienne ont été déployées pour empêcher tout passage entre les deux pays.

Les derniers étrangers à être partis l’ont fait samedi dernier, avant que les vols commerciaux avec le Panama et la République dominicaine ne soient suspendus. Il s’agissait des deux dernières destinations internationales encore disponibles pour rejoindre l’Europe et les États-Unis, mais les vols ont rapidement affiché complets.

Depuis, le gouvernement enchaîne les mesures de confinement, cela concernait d’abord sept États lundi dernier, et la quarantaine a été étendue à l’ensemble du pays ce mardi, pour cause de multiplication rapide des cas diagnostiqués.

Le Venezuela pas préparé à faire face à la pandémie

Le pays n’est visiblement pas préparé à faire face à la pandémie. La plupart des hôpitaux vénézuéliens n’obéissent pas aux critères listés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Exemple : 80% des établissements n’ont pas d’eau courante plus de deux fois par semaine.

Les autorités multiplient les mesures de confinement, notamment en déployant l’armée dans les rues pour faire respecter la quarantaine. Le président Nicolas Maduro a demandé hier un prêt de 5 milliards de dollars au Fonds monétaire international.

Malgré les mesures prises par le gouvernement, la situation face au coronavirus s’annonce compliquée. Le Venezuela est le pays qui voit se multiplier les cas le plus rapidement. Trente-trois ont été diagnostiqués ces quatre derniers jours. Et pour beaucoup de Vénézuéliens, rester confinés chez eux, la plupart du temps sans eau courante et sans électricité, relève de l’impossible.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.