Accéder au contenu principal

États-Unis: débat sur l’ouverture des armureries durant le confinement

Un manifestant pour le port d'armes manifeste à Richmond, dans l'État américain de Virginie, le 20 janvier 2020. (Archives)
Un manifestant pour le port d'armes manifeste à Richmond, dans l'État américain de Virginie, le 20 janvier 2020. (Archives) Roberto SCHMIDT / AFP

Des associations de défense des armes jugent que les armureries sont des « commerces essentiels ». La justice a été saisie.

Publicité

Une armurerie est-elle, ou non, un « commerce essentiel » ? À cette question, le gouverneur Gavin Newsom n’a pas répondu lorsqu’il a fait la liste des infrastructures qui devaient rester ouvertes en Californie en période de confinement. Il a laissé aux shérifs des différents comtés le soin d’en juger.

Dans un premier temps, celui de Los Angeles avait tranché contre l’ouverture de ces commerces. Mais la justice du comté l'a désavoué et il a dû revenir sur sa décision en début de semaine. 

Plaintes dans plusieurs États 

Vendredi 27 mars, des propriétaires, vendeurs et associations de défense des armes sont allés plus loin en saisissant la justice fédérale pour empêcher les autorités locales de Californie de fermer des armureries dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus.

« Les opinions politiques subjectives ne sont pas pertinentes face à cette vérité : les vendeurs d'armes autorisés sont des commerces essentiels pour garantir un droit protégé par la Constitution. Point final », ont-ils écrit dans un recours transmis à un tribunal fédéral de Californie. Des plaintes ont également été déposée dans les États de New York et du New Jersey.

Ces plaintes invoquent une violation de la Constitution. Le deuxième amendement du texte est toujours au cœur des débats sur le sujet aux États-Unis, puisqu’il stipule que le droit des citoyens à posséder et à porter des armes doit être garanti. La puissante National Rifle Association (NRA) estime que « les vendeurs d'armes et de munitions fournissent peut-être la fonction commerciale la plus importante en permettant aux Californiens de se défendre eux-mêmes, ainsi que leurs proches et leur propriété » en ces temps troublés. Le Texas, l'Ohio ou le Michigan ont, de leur côté, jugé ces magasins « essentiels ».

40 000 personnes tuées par des armes à feu en 2019

Cette crise sanitaire ravive donc l’éternel débat sur le port d'armes outre-Atlantique. D’ailleurs, dès le début de la pandémie, les ventes de fusils, pistolets et munitions ont connu un essor inhabituel dans de nombreux États. Depuis le début de la crise, les Américains, dont un tiers des adultes possèdent déjà au moins une arme à feu, se sont rués vers les armureries pour compléter leur arsenal.

Les partisans de plus grandes restrictions sur les ventes d'armes mettent eux en garde contre le risque accru d'accidents et de suicides, alors que les familles sont cloîtrées avec des armes à domicile. En 2019, près de 40 000 personnes ont été tuées par des armes à feu, dont 24 000 par suicide.

Depuis le début de cette épidémie, les États-Unis ont recensé le plus grand nombre de cas de Covid-19 au monde, plus de 100 000.

(Avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.