Accéder au contenu principal

Coronavirus: la justice brésilienne interdit au gouvernement de prôner le non-confinement

Des supporters de Jair Bolsonaro manifestent contre les mesures de confinement préconisées par l'OMS le 27 mars 2020 à Manaus.
Des supporters de Jair Bolsonaro manifestent contre les mesures de confinement préconisées par l'OMS le 27 mars 2020 à Manaus. REUTERS/Bruno Kelly

La justice brésilienne a interdit au gouvernement de diffuser une vidéo qui s’opposait aux mesures de confinement imposées pendant la pandémie. Elle s’est aussi opposée à un décret permettant aux lieux de cultes et aux bureaux de loterie de rouvrir leurs portes, alors que Brésil compte officiellement 114 morts et près de 4 000 cas suspects.

Publicité

Le président Jair Bolsonaro vient de subir une série de revers, après s'être prononcé contre la fin de la quarantaine imposée dans plusieurs régions du Brésil. Une vidéo officielle intitulée « le Brésil ne peut pas s’arrêter » a été censurée par la justice fédérale. Un magistrat a ordonné que le gouvernement respecte les règles d’isolement prônées par l’Organisation mondiale de la santé.

La présidence a confirmé l'existence du spot, mais a affirmé qu'il s'agissait d'une vidéo « expérimentale ». Le sénateur Flavio Bolsonaro, un des fils du chef de l'Etat, a diffusé la vidéo jeudi soir sur sa page Facebook, où elle était toujours visible ce samedi à la mi-journée.

Dans sa décision, la justice fédérale interdit la diffusion non seulement de cette vidéo, mais aussi de « toute autre qui encouragerait la population brésilienne à des comportements qui ne soient pas strictement fondés sur des directives techniques émises par le ministère de la Santé », précise notre correspondant à Sao Paulo,Martin Bernard.

Cela intervient après que Jair Bolsonaro a invité la population à reprendre le travail, et ce, contre l’avis de son propre ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta. Des automobilistes pro-Bolsonaro ont également défilé en klaxonnant dans les rues des grandes villes, pour demander la réouverture des commerces.

Par ailleurs, la justice a annulé un décret qui classait les églises et les temples, ainsi que des bureaux de loterie, parmi les services essentiels, et donc non sujets à la quarantaine. Le gouvernement a fait appel de ces deux décisions.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.