Accéder au contenu principal

En attendant les pétroliers iraniens, le Venezuela teste ses missiles

«Nous sommes prêts à tout et à tout moment», a déclaré Nicolas Maduro.
«Nous sommes prêts à tout et à tout moment», a déclaré Nicolas Maduro. Francisco BATISTA / Venezuelan Presidency / AFP

Ce jeudi 21 mai, le Venezuela a testé des missiles sur une île, a annoncé le président Nicolas Maduro, en attendant l'arrivée de pétroliers iraniens censés approvisionner en brut le pays sud-américain, au milieu de tensions avec les États-Unis.

Publicité

« Nous avons été les témoins d'exercices militaires [...] sur l'île de La Orchila, avec l'essai de missiles de précision maximale pour la défense de nos eaux et de nos côtes », a déclaré Nicolas Maduro, le chef de l'État vénézuélien, lors d'une rencontre avec le haut commandement militaire retransmise sur la télévision étatique, sans mention directe des navires iraniens. Les essais sont effectués dans le cadre de l'opération « Bouclier bolivarien », un déploiement permanent ordonné en février 2020.

Un « exercice de propagande »

L'opposant Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays dont les États-Unis, a qualifié cette opération d'« exercice de propagande ». Dans un communiqué, M. Guaido a estimé jeudi que les navires « ne serviront qu'à enrichir la mafia dictatoriale », évoquant un marché noir qui fleurit avec la pénurie d'essence.

Le gouvernement vénézuélien a annoncé, mercredi 20 mai, l'arrivée prochaine de pétroliers iraniens, pour une livraison de brut que Téhéran a sommé les États-Unis de ne pas entraver par des mouvements de leur marine dans les Caraïbes. « Nous sommes prêts à tout et à tout moment », a déclaré M. Maduro mercredi dans une allocution sur la chaîne de télévision gouvernementale, remerciant son allié iranien pour son soutien face à l'hostilité ouverte de Washington.

Une production de pétrole en chute libre

Selon des informations de presse, cinq pétroliers ont quitté l'Iran ces derniers jours et font route vers les Caraïbes vénézuéliennes. Les États-Unis ont annoncé, début avril, une plus grande surveillance du crime organisé dans cette région, y déployant entre autres des navires de combat. Le Venezuela possède les plus grandes réserves de pétrole au monde mais sa production est en chute libre. Caracas estime que les sanctions américaines sont responsables de cet effondrement. Des experts l'attribuent à des choix politiques erronés, au manque d'investissements et à la corruption.

(Avec AFP)

► À lire aussi: Cinq pétroliers iraniens en route vers le Venezuela

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.