Accéder au contenu principal

Coronavirus: en Équateur, les indigènes contaminés réclament une action de l’État

Les leaders indigènes Waorani Nemonte Nenquimo et Gilberto Nenquimo informent leur communauté sur la pandémie de Covid-19, à Tadangado, le 24 avril 2020.
Les leaders indigènes Waorani Nemonte Nenquimo et Gilberto Nenquimo informent leur communauté sur la pandémie de Covid-19, à Tadangado, le 24 avril 2020. Mitch Anderson / Amazon Frontlines / AFP

En Équateur, les Waorani sont les derniers indigènes à avoir accepté le contact avec la civilisation occidentale. Ils sont encore 5 000 à vivre dans trois provinces amazoniennes, mais malgré l’isolement de leur communauté, la pandémie de Covid-19 ne les a pas épargnés. Ils ont cette semaine exigé des mesures de protection officielles et se plaignent de l’inaction de Quito.

Publicité

Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

Les responsables indigènes parlent de 73 cas de Covid-19 confirmés dans plusieurs de leurs communautés ancestrales. Le président de la nation Waorani, Gilberto Nenquimo, a dénoncé la lenteur de l’État face à la progression de la pandémie : « Il y a 28 jours, j’ai donné l’alerte à tous les centres de soins. Je ne suis pas médecin mais les symptômes de nos malades étaient ceux du Covid-19. Mais personne ne m’a écouté. »

Selon Nenquimo, il aura fallu qu’une jeune Waorani de 21 ans positive au Covid-19 soit transportée en urgence à Quito samedi 17 mai pour que ses proches soient testés dans la communauté de Miwaguno. Il souhaite maintenant que l’État agisse de façon urgente pour protéger les autres centres Waorani.

Le risque de propagation augmente

« J’ai demandé à l’État d’interdire l’entrée dans les territoires Waorani, de bloquer les trafiquants de bois dont beaucoup viennent de Guayaquil, épicentre de la pandémie. Mais personne n’a rien fait, s’indigne Gilberto Nenquimo. Il y a bien eu une réunion il y a une semaine, mais depuis, les personnels de santé n’ont toujours pas pu aller tester la population des communautés où il y a des cas suspects, même pas celles accessibles par route ! »

Selon Andrès Tapia, dirigeant de la Confédération des nations indigènes de l’Amazonie équatorienne, huit indigènes sont morts du Covid-19, dont cinq confirmés positifs et trois probables. Et le risque de progression de la pandémie augmente avec la levée progressive de la quarantaine dans plusieurs municipalités amazoniennes.

 À lire aussi : Coronavirus aux États-Unis: les Amérindiens Navajo, deuxième population la plus touchée

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.