Accéder au contenu principal

Présidentielle américaine: le coronavirus aura-t-il raison des conventions d'investiture ?

Le candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden, lors d'une de ses dernières apparitions publicaitons avant le confinement, lors d'un meeting à Tougaloo, dans le Mississipi, le 8 mars 2020.
Le candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden, lors d'une de ses dernières apparitions publicaitons avant le confinement, lors d'un meeting à Tougaloo, dans le Mississipi, le 8 mars 2020. MANDEL NGAN / AFP

Aux États-Unis, la pandémie fait planer des incertitudes sur l’organisation des traditionnelles conventions, ces grand rendez-vous au cours desquels chaque parti consacre officiellement son candidat à la Maison Blanche. Ce lundi, le président américain a menacé d’organiser la convention du parti républicain dans un autre État que la Caroline du Nord si le gouverneur ne pouvait lui apporter la garantie qu’elle pourrait se tenir à Charlotte fin août comme prévu.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

La convention d’un parti avant les élections, c’est un immense rassemblement populaire et politique qui attire des dizaines de milliers de personnes au même endroit. Les républicains sont liés par contrat avec la ville de Charlotte, mais le maire et le gouverneur de Caroline du Nord, tous deux démocrates, ont déclaré qu’ils réclameraient le feu vert d’experts sanitaires avant d’autoriser la manifestation.

« Si je n’ai pas de réponse immédiate du gouverneur, je serai contraint de trouver un autre site dans un autre État », a protesté Donald Trump sur Twitter ce lundi. Son vice-président Mike Pence a évoqué la Géorgie ou la Floride, deux États républicains où les mesures de confinement ont déjà été levées. Le président américain semble tenir à une convention traditionnelle, avec une foule de militants pour célébrer son investiture en vue d’un second mandat.

Pour sa part, le parti démocrate envisage sérieusement d’organiser un événement de taille réduite, à suivre sur Internet pour investir formellement Joe Biden comme candidat à la Maison Blanche.

Campagne entravée pour le candidat démocrate

Jusqu'à maintenant, la campagne de l'ancien vide-président de Barack Obama a été largement entravée par le confinement. Elle s'était brusquement arrêtée avec les premières décisions de confinement en mars. Un meeting dans l'Ohio avait été annulé à la dernière minute le 10 mars et remplacé par un discours dans une salle à demi-vide à Philadelphie ce soir-là. Puis Joe Biden avait fait une conférence de presse dans un hôtel de Wilmington le 12 mars.

C'est confiné qu'il a célébré sa victoire aux primaires, et cela fait plus de deux mois que le candidat démocrate tente de faire campagne à distance, depuis un studio installé dans sa maison, pour le scrutin présidentiel de novembre.

Biden ressort masqué, Trump reprend le golf

Ce lundi 25 mai, Joe Biden a fait sa première apparition publique depuis le 15 mars et son dernier débat avec Bernie Sanders, pour marquer près de chez lui le « Memorial Day », jour férié pour rendre hommage aux soldats américains morts au combat. Il a échangé quelques mots avec des soutiens et des journalistes, à bonne distance, et en gardant son masque sur le visage, ce qui a rendu la compréhension difficile.

Le contraste ne peut pas être plus fort avec son adversaire Donald Trump. Lui ne porte pas de masque en public. Resté très présent dans l'actualité, le président sort régulièrement de la Maison Blanche. Il a repris le golf ce week-end, après plus de deux mois d'interruption, alors que le déconfinement est largement engagé dans l'ensemble des États-Unis.

À lire aussi : Présidentielle américaine: le coronavirus plonge le duel Trump-Biden dans l'incertitude

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.