Accéder au contenu principal

Coronavirus: le Chili met en place un plan de relance de 12 milliards de dollars

Des Chiliens font la queue devant un supermarché de Valparaiso où un employé contrôle la température corporelle des clients le 12 juin 2020.
Des Chiliens font la queue devant un supermarché de Valparaiso où un employé contrôle la température corporelle des clients le 12 juin 2020. ADRIANA THOMASA CARBALLO / AFP

Dans la nuit de samedi à dimanche au Chili, le gouvernement de droite et une partie de l'opposition ont conclu un accord sur un plan de relance de 12 milliards de dollars et une augmentation des aides sociales d'urgence. En plein pic épidémique, et après des manifestations de la faim dans le pays le mois dernier, le gouvernement s'engage à piocher dans ses fonds souverains pour aider le pays à encaisser le choc économique provoqué par la pandémie de coronavirus.

Publicité

Avec notre correspondante à Santiago, Justine Fontaine

Avec un taux de chômage au plus haut depuis 1985 dans la région capitale, et face à une chute vertigineuse de l'activité économique en avril, le gouvernement et l'opposition souhaitaient un plan de relance ambitieux pour le Chili.

La majorité de droite au pouvoir, encore influencée par les théories néolibérales appliquées sous la dictature du général Pinochet, refusait cependant jusqu'à maintenant d'augmenter les aides sociales d'urgence, qui restaient bien en dessous du seuil de pauvreté. C'est l'une des raisons pour laquelle certains Chiliens ont manifesté fin mai dans la banlieue de Santiago, car ils n'avaient plus de quoi se payer à manger.

Finalement, le Chili piochera donc dans ses fonds souverains (de l'argent accumulé notamment grâce aux mines de cuivre dans le pays), pour mettre en place un vaste plan de relance sur deux ans.

A lire aussi : Coronavirus au Chili: le ministre de la Santé démissionne au plus fort de l'épidémie

Les aides sociales devraient augmenter de 50% pour atteindre bientôt l'équivalent de 110 euros par personne, et bénéficier à environ un million de Chiliens supplémentaires. Des mesures sociales insuffisantes cependant pour convaincre l'aile la plus à gauche de l'opposition, qui ne participera pas à cet accord.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.