Accéder au contenu principal

Procès en destitution de Trump: guerre d'usure procédurale au Sénat

Mitch McConnell (photo), le patron de la majorité républicaine au Sénat, espère obtenir rapidement l'acquittement de Donald Trump, peut-être d'ici deux semaines.
Mitch McConnell (photo), le patron de la majorité républicaine au Sénat, espère obtenir rapidement l'acquittement de Donald Trump, peut-être d'ici deux semaines. REUTERS/Tom Brenner

Au premier jour du procès en destitution de Donald Trump, les sénateurs, chargés d’être les jurés dans ce procès, se sont battus sur les questions de procédures et les règles à appliquer. Les démocrates, minoritaires au Sénat, s'indignent ; ils accusent les républicains de tout faire pour empêcher la tenue d’un procès juste et équitable.

Publicité

Toute la journée du mardi 21 janvier, les démocrates se sont battus pour tenter d’imposer leurs règles, mais sans succès, note l'un de nos correspondants aux États-Unis, Éric de Salve. Ils se heurtent à chaque fois au même mur républicain. Des républicains qu’ils accusent de vouloir expédier le procès. Car à chaque fois, c’est l’imperturbable Mitch McConnell, le chef de la majorité républicaine qui tranche et qui rejette la plupart de leurs résolutions.

Pas de documents classifiés sur l'Ukraine

L’une voulait, par exemple, contraindre la Maison Blanche à produire des documents classifiés sur l’Ukraine, une demande rejetée. Une autre visait à faire comparaître des responsables de l’administration Trump et certains de ses conseillers, proposition rejetée également.

« Ce n’est pas un procès équitable. En fait, ce n’est pas un procès du tout », s’est indigné Adam Schiff, chargé de porter l’accusation. « Un procès juste et équitable ne permet pas à chaque partie de choisir les preuves présentées », a répété en boucle le democrate toute la soirée.

Une concession républicaine

Seule concession de la majorité : en ouverture, pour développer ses arguments, chaque camp aura 24 heures étalées sur trois jours au lieu de deux. Pour l'instant, chaque vote respecte une stricte ligne partisane : 53 contre 47. La majorité républicaine fait donc toujours bloc derrière Donald Trump. De ce fait, écrit notre correspondante à Washington, Anne Corpet, à force de refuser toute présentation de preuve ou toute audition, les républicains ont pu donner l’impression de vouloir cacher des informations. Mais ils ont surtout prouvé qu’ils détenaient bien en main les règles du jeu pour ce procès.

À lire aussi : Le procès en destitution de Donald Trump en six questions

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.