Accéder au contenu principal
Mexique

La justice mexicaine dévoile les agissements criminels du personnel d'une prison

Le massacre de17 personnes lors d'une fête a eu lieu à Torreon, dans l'Etat de Durango, au nord du Mexique, le 18 juillet 2010.
Le massacre de17 personnes lors d'une fête a eu lieu à Torreon, dans l'Etat de Durango, au nord du Mexique, le 18 juillet 2010. diplomatie.gouv.fr

Des prisonniers auraient profité de permissions pour commettre des massacres, comme la semaine dernière, le 18 juillet à Torreon, dans le nord quand 17 civils ont été abattus, en pleine fête. Les détenus retournaient ensuite en cellule. C'est à cette conclusion ahurissante que sont arrivés les services du procureur fédéral à Mexico. Un scandale révélateur des graves problèmes d'ordre public.

Publicité

Le 18 juillet dernier, un fait divers atroce défrayait une fois de plus la chronique dans l'Etat de Durango, dans le nord du Mexique : le massacre de17 personnes rassemblées pour une fête.

Quand les policiers ont enquêté sur les douilles laissées par les assassins, ils sont tombés sur les fusils des gardiens de la prison de Gomez Palacio. De fait, la directrice et le personnel pénitentiaire laissaient sortir la nuit les détenus de leurs cellules, ils pouvaient même fournir à ces tueurs opérants pour les barons de la drogue des armes et des voitures de service.

Pour le politologue Morgan Quero de l'université de Mexico, le sentiment général d'horreur n'exclut pas une certaine résignation des Mexicains, qui voient là leurs pires soupçons confirmés. « Tous les Mexicains considèrent que la prison est un lieu d’injustice et un lieu où la corruption règne, où les autorités sont de connivence avec les différents groupes de délinquants. Et en fait il y a une prolongation de ce sentiment d’impunité qui serait au cœur de toute prison mexicaine. »

La situation très dégradée des institutions policières et pénitentiaires du pays est aggravée par le morcellement des pouvoirs qui les rend plus vulnérables à la puissance financière du crime organisé. La violence liée aux cartels a fait près de 25 000 morts depuis que le président Calderon leur a déclaré la guerre fin 2006.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.