Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Finances

Etats-Unis : General Motors fait un retour historique à Wall Street

Message de bienvenue à General Motors défilant sur un téléscritpeur fixé à la façade du siège de la banque d'investissement Morgan Stanley, à New York, le 17 novembre 2010.
Message de bienvenue à General Motors défilant sur un téléscritpeur fixé à la façade du siège de la banque d'investissement Morgan Stanley, à New York, le 17 novembre 2010. REUTERS/Shannon Stapleton

C'est une privatisation historique. Sorti de la faillite il y a seize mois, le géant de l'automobile a renoué avec les bénéfices. Radicalement restructuré, General Motors est réintroduit en bourse ce 18 novembre à Wall Street.  Le Trésor américain, actionnaire du groupe à 61%, pourrait retomber à 33%, grâce à la demande plus forte que prévu des investisseurs privés sollicités à hauteur de 22 milliards de dollars.

Publicité

Avec notre correspondant à New York, Pierre-Yves Dugua

Initialement cette privatisation, puisque qu’en fait c’est de cela qu’il s’agit, devait s’opérer dans le cadre de la levée de douze milliards de dollars. Mais, l’appétit des investisseurs, en particulier institutionnels notamment des fonds souverains à l’étranger, en Asie, au Moyen-Orient, a été beaucoup plus élevé que prévu. Et du coup, ce sont au moins vingt milliards de dollars qui vont être levés dans le cadre de cette opération historique.

C’est la plus grande introduction en Bourse, la plus grande privatisation de l’histoire boursière américaine. Et on va peut-être même battre le record qui remontait au mois d’août dernier qui avait été établi sur la Bourse de Shanghai lors de la privatisation de la grande Banque agricole chinoise.

Le prix de l’action a été relevé pour faire face à cette forte demande de la part d’investisseurs privés, mais le volume de titres a été également révisé à la hausse et même par deux fois. Et le Trésor américain, qui était le principal actionnaire de General Motors depuis l’été 2009, finalement va voir sa participation tomber de 61% à 33%. De son côté, le syndicat des ouvriers de General Motors qui détenait 20% du capital va aussi profiter de cette forte demande pour liquider une partie de ses avoirs.

L’oncle Sam avait investi 50 milliards de dollars dans le sauvetage de General Motors pour éviter la liquidation en 2008 et 2009. Après la réussite de cette première phase de privatisation, il faudrait que le titre grimpe d’à peu près 60% pour que le Trésor puisse revendre aux cours des prochains mois progressivement le reste de ses actions, et que le Trésor américain rentre dans ses frais.

En dépit du grand succès de cette première étape de privatisation General Motors devra tenir ses promesses. Il faudra aussi que l’économie mondiale accélère sa croissance et, en particulier que General Motors puisse reconquérir des parts de marché non  seulement aux Etats-Unis mais aussi dans les pays émergents. Ce qui lui permettrait de dégager les profits nécessaires afin de justifier une future appréciation de son action.
 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.